L’interview métier méconnu avec Esther, traductrice

Petite nouveauté cette semaine dans nos interviews : nous avons eu envie de découvrir l’univers d’Esther, traductrice depuis plus de 15 ans. Pourquoi choisir ce métier ? Elle nous explique tout. J’avoue ma curiosité face à ce métier méconnu sur lequel se projettent de nombreux préjugés.

Le métier méconnu 

Esther, traductrice

DSC04556

 

Bonjour, Esther. Pourquoi avoir choisi ce métier réputé difficile ?

Traductrice depuis plus de 15 ans, je l’ai en partie choisi en raison de mes origines. De mère « franco-vietnamo-laotienne », de père espagnol et marié à un paraguayen, je vis dans un mélange de cultures extrêmement enrichissant.

« Partager, communiquer, se comprendre est essentiel. Ce métier y contribue. »

Quelles langues traduisez-vous ?

Du français vers l’espagnol et de l’espagnol vers le français ; de l’anglais vers le français ou vers l’espagnol. Mais je travaille essentiellement à partir de l’anglais.

tango

Quel parcours avez-vous suivi pour devenir traductrice ?

Je suis venue en France à 17 ans pour intégrer l’Institut Supérieur d’Interprétation et de Traduction (ISIT). Après l’obtention de mon diplôme de traduction, j’ai fait un master en géopolitique des pays émergents puis un deuxième en Science politique, sur l’Amérique Latine.

Quels sont vos champs de compétence ? 

Je suis traductrice technique spécialisée dans la traduction financière. Et parallèlement, j’enseigne la traduction financière en master.

Quels conseils donneriez-vous aux apprentis traducteurs ?

Ce que je conseille à mes étudiants, c’est de faire preuve de curiosité. Pour traduire un texte financier par exemple, il est crucial de suivre et de comprendre l’actualité. Sinon, vous prenez le risque de contre-sens lourds de conséquences.

Autre conseil, choisissez vos informations avec soin. Aujourd’hui, la difficulté ne réside plus dans l’accès aux sources. Elles sont même beaucoup trop nombreuses et le défi est de savoir faire le tri et de ne pas se disperser.

Dernier conseil : se relire et si possible faire appel à un deuxième relecteur. Il est tellement facile de laisser passer des coquilles… Or, le client ne pardonne pas.espagne1

Que préférez-vous dans la traduction ?

Ce métier me permet de travailler en France, en Espagne, au Paraguay ou ailleurs. C’est cette liberté de mouvement que j’aime. Mes petits plaisirs résident dans le contentement de mes clients.

Quel constat faites-vous de l’évolution de votre métier de traductrice ?

Tout d’abord, la profonde transformation de mon métier depuis mes débuts. J’ai reçu mon premier contrat par fax et je travaillais avec des dictionnaires papier. Aujourd’hui, Internet est incontournable et tout s’est accéléré. Il faut traduire toujours plus, plus vite. Je crains une détérioration de la qualité de notre travail. Toutefois, ces nouveaux outils nous facilitent considérablement le travail.

Un autre point qui me surprend, c’est la méconnaissance de notre métier. Lorsque je dis que je suis traductrice on me pose souvent trois questions :

  • Vous traduisez des livres ? Non, la traduction littéraire ne représente qu’un petit secteur de ce métier.
  • Vous traduisez à l’oral ? C’est le rôle des interprètes, nous nous occupons de la partie écrite.
  • N’auriez-vous pas plutôt intérêt à enseigner les langues ? Je suis traductrice et c’est ce que j’aime faire…

littérature jeunesse

Enfin, votre livre ou auteur préféré :

Plutôt que de « livre préféré », je parlerais du dernier livre de David Servan-Schreiber qui m’a marqué et que je conseille : « On peut se dire au revoir plusieurs fois ». C’est un livre profondément émouvant qui aborde le combat difficile et complexe face à la maladie de manière sincère et lumineuse. L’auteur raconte comment il se prépare à affronter sa fin de vie avec sérénité. C’est paradoxalement un livre sur l’espoir et la force de vivre.

Merci Esther pour vos réponses complètes et sincères.

Un grand merci à Esther Sempere, traductrice, interviewée par Pauline Dedecker de l’agence Cultures Connection, basée en France et en Argentine. »

Pensez à nous laisser vos commentaires, vos remarques pour améliorer nos articles, ce que vous avez aimé ou moins aimé.

Merci à vous !

smiley

Pensez à cliquer sur « J’aime », à nous suivre sur Facebook, Twitter et Google+

et à partager l’article.

Ce petit geste est gratuit pour vous et gratifiant pour nous.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge

%d blogueurs aiment cette page :