Livre du vendredi : au pire qu’est ce qu’on risque

Le livre du vendredi
car, le vendredi, on lit !

Au pire qu’est-ce qu’on risque ?

lecture

Pas d’animaux ce vendredi, pas de vélo ni de fin du monde. Voyage ?

Oui. Nous partons à New York : à vous Manhattan, les larges avenues et Dortmunder.

Comment, vous ne le connaissez pas ?
Laissez-moi vous le présenter, vous allez l’adorer !

Au pire qu’est-ce qu’on risque ?
De Donald Westlake

 livre du vendredi : risque

TRAME DU ROMAN

Surtout, ne contrariez jamais ce brave John Dortmunder ! Jamais ! Quel que soit le montant de votre compte en banque.

Max Fairbanks, homme d’affaire véreux, a passé les bornes. Son offense ?

Interrompre Dortmunder en plein cambriolage, déjà grave en soi.

Mais de plus, lui subtiliser sa bague porte-bonheur sous le nez de la police, c’est trop !
Après s’être enfui, Dortmunder n’a plus qu’un objectif : la vengeance.

Chacune des somptueuses résidences de Fairbanks sera mise à sac, l’une après l’autre, dans le seul but de retrouver et de récupérer SA bague porte-bonheur.

CRITIQUE

Fidèle lectrice de Donald Westlake et fan de son personnage récurrent, Dortmunder, anti-héros, ce livre m’a surpris, déroutée et enchantée.

Il aurait fallu me voir glousser, me mordre les lèvres et tenter d’étouffer mes éclats de rire en lisant dans le métro.

John est intelligent, le meilleur cerveau des cambrioleurs new-yorkais, capable d’imaginer des plans plus incroyables les uns que les autres.  Poissard, heureux en amour, moins dans son travail, Dortmunder se fait voler par un plus voleur que lui une bague sans valeur offerte par sa dulcinée.

Ici, son honneur de voleur est compromis. Il se sent humilié et ses amis, du même milieu que lui et avec le même sens de la justice, de plus en plus nombreux, veulent l’aider à tout prix.

Le nouveau dilemme de Dortmunder ?

Inventer un scénario de braquage où chacun aura sa place. Oui, tous !

Je me demande toujours comment l’auteur réussit à imaginer de tels scénarios. Ce n’est sans doute pas étranger au fait que plusieurs de ses romans ont été adaptés au cinéma.

Les scientifiques estiment que nous ne rions pas assez chaque jour ? Ce livre vous aidera à combler votre déficit en éclats de rire.

Dans ce roman, j’ai également adoré les séances d’analyse de Yi King par Fairbank, interprétation plus ou moins fidèle de l’avenir. Essayez, vous aussi, de les décoder. Je suis certaine que vos commentaires seront bien plus justes que ceux de l’homme d’affaires.

Cet auteur est fabuleux que ce soit dans l’écriture de ses thrillers bien noirs ou dans ses polars où rien n’est sérieux ; tout est prétexte à illustrer les travers des newyorkais. Je vous conseille la lecture de TOUS ses romans. Ce que vous risquez ? Au pire, de rire à en pleurer…

Un livre du vendredi :

Inventif, drôle, intéressant… Ce roman est un des livres les plus drôles que j’ai pu lire et je prends plaisir à le relire et à dévorer aussi tous les autres avec John, cet anti-héros, réfractaire à toute technologie. Bien que tous m’enchantent, j’ai une faiblesse pour “Pourquoi moi ?” où John vole par erreur une bague d’une valeur inestimable, ce qui lui vaut d’avoir tous les policiers et tous les malandrins de New York sur le dos.

Vous aussi, si ce n’est pas déjà fait, succomberez au charme de l’écriture de Donald Westlake et à l’ingéniosité de John Dormunder.

Donald Westlake, écrivain prolifique et éclectique, a publié plus d’une centaine d’ouvrages, approchant bon nombre des genres de la littérature policière que ce soit le polar humoristique (son genre de prédilection), le roman policier, le roman noir, les thrillers, le fantastique et la science fiction.

Il publie sous divers pseudonymes, Richard Stark, Tucker Coe, (les principaux) mais aussi Edwin West, Alan Marshal, Timothy J. Culver, Curt Clark, J. Morgan Cunningham, et Grace Salacious.

 

Autres ouvrages du même auteur, sous le même pseudonyme :

  • Pierre qui brûle
  • Le Paquet
    V’là aut’ chose ! (Jimmy the Kid)
      La Joyeuse Magouille (Nobody’s Perfect)
    Ça n’arrive qu’à moi (Why Me),
    Le Ciel t’aidera ? (Good Behavior)
    Dégâts des eaux (Drowned Hopes)
    Histoire d’os (Don’t Ask)
     Mauvaises Nouvelles (Bad News)
    Voleurs à la douzaine (Thieves’ Dozen)
    Les Sentiers du désastre (The Road to Ruin),
    Des billets sur la planche, nouvelle (Walking Around Money)westlake
    Surveille tes arrières ! (Watch your Back)
    Et vous trouvez ça drôle ? (What’s so funny ?)
    Le Zèbre (The Mercenaries ou The Cutie),
    Bon app’ ! (Killing Time),
    L’Assassin de papa (361),
    Un loup chasse l’autre (Killy),
  • Festival de crêpes (Pity Him Afterwards),
    Le Pigeon d’argile (The Fugitive Pigeon),
    Les Cordons du poêle (The Busy Body),
    Pris dans la glu (The Spy in the Ointment),
    Le Pigeon récalcitrant (God Save the Mark),
    Kidnap-party (Who Stole Sassi Manoon?),
    Crédit est mort (Somebody Owes Me Money),
    Pour une question de peau (Up Your Banners),
    Adios Schéhérezade (Adios Scheherezade),
    Gendarmes et voleurs (Cops and Robbers),
    Place au gang ! avec Brian Garfield (Gangway),
    Drôles de frères (Brothers Keepers),
    Un jumeau singulier (Two Much),
    Aztèques dansants (Dancing Aztecs),
    N’exagérons rien! (A Travesty),
    Ordo (id.),
    Château en esbroufe (Castle in the Air),
    Kahawa (id.),
    Faites-moi confiance (Trust Me on This),
    Monstre sacré (Sacred Monster),
    Trop humains (Humans),
    Moi, mentir ? (Baby, Would I Lie?),
    Smoke (Smoke),
    Le Couperet (The Ax),
    Le Contrat (The Hook),
    Motus et bouche cousue (Put a Lid On it),
    Mort de trouille (The Scared Stiff),
    Argent facile (Money for Nothing),
    Mémoire morte (Memory)

Si ma liste est trop succinte à votre goût, je vous laisse chercher tous les titres de romans écrits sous ses divers pseudonymes cités plus haut.

 

Sentence ?

Un vrai livre du vendredi, à lire et à relire !

Sur ce, à vendredi prochain pour une nouvelle critique littéraire

Bonne découverte, bonne lecture et bons rires.

livre du vendredi

“Lire c’est voyager. Voyager, c’est lire” 

 Victor Hugo

Pensez à cliquez sur j’aime, à nous suivre sur Facebook, Google+ et Twitter

et à partager si vous avez apprécié l’article.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

* * Cette case à cocher est obligatoire

*

J'accepte

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

PHP Code Snippets Powered By : XYZScripts.com