Blogueur voyage ? Késaco ? Venez, on vous explique !

Blogueur voyage… Nous vous en avons parlé dans nos deux derniers articles qui traitaient de Rennes et de Saint Malo. Aujourd’hui, nous allons aborder directement le sujet oh combien polémique des blogueurs et ici des blogueurs voyage. En avant pour l’explication :

Blogueur voyage, késaco ?

blogueur voyage

crédit image Mumuland

 

Cet article me démange depuis plusieurs mois. Régulièrement, dans la presse ou à la télévision, revient le thème des blogueurs. Si plus personne ne remet en cause le travail des youtubers stars tel Norman ou Kevin du Rire Jaune, nous en sommes loin quand les médias parlent des blogueurs voyage. Et je m’agace toujours des descriptions qui en sont faites ainsi que des qualificatifs peu flatteurs leur étant accolés. Alors, je me lance. Je vais vous expliquer pas à pas le quotidien des blogueurs voyage.

Au commencement

Devenir blogueur ne se décide pas sur un coup de tête ou alors, votre blog ne durera pas. Sachez-le, devenir blogueur demande un véritable investissement en temps, en énergie et en finance. Vous devrez vous former à la création d’un blog en suivant des tutoriels sur internet, des formations en ligne payantes bien sûr, à moins que vous ne soyez déjà un professionnel du web. Ensuite, il vous faudra être polyvalent, trouver des sujets et des axes intéressants et un tant soit peu novateurs, maîtriser l’art de prendre de belles photos, écrire sans martyriser la grammaire et l’orthographe, convaincre des lecteurs sur-sollicités de vous lire ET de vous suivre, et tenir cet effort dans la durée, sans compter la nécessité de se maintenir performant en suivant l’inévitable évolution du monde informatique/web.

Votre passion concerne les moustaches à pointes (private joke pour Senior) ? Créez votre blog sur ce sujet, alimentez le au minimum une fois par semaine, intéressez et fidélisez vos lecteurs. Et pensez à sortir votre portefeuille pour payer (souvent) chaque année :

  • l’hébergement du site
  • le nom de domaine
  • le thème de votre site
  • certains plugins
  • et plein d’autres que j’omets pour ne pas vous effrayer.

Comptez un minimum de 4 heures par article. Pour moi, entre les photos à recadrer, l’écriture et la mise en page, la relecture et corrections par Senior, je tourne bien plus vers les 5-6h. Mais peut-être est-ce dû à mon très grand âge. Je ne compte pas, bien sûr,  dans ce chiffre le temps passé sur le moteur du blog, les mains dans le cambouis avec les mises à jour, les corrections techniques indispensables et les formations pour toujours  conserver son blog à flot.

Bien sûr, je ne vous parle évidemment pas du coût d’un bon matériel informatique, photo et vidéo.

Alors, pourquoi avoir créé Seniors en Vadrouille ?

Bonne question que je vous remercie d’avoir posée. Voyager et écrire ont toujours été au centre de ma vie. Voyager seule ou en couple, avec ou sans les enfants, peu importe mais voyager ! En prenant de l’âge, je ne me suis pas assagie mais j’ai eu envie de partager mes découvertes, mes coups de cœur, envie de partager mes trucs et astuces, envie de démontrer que voyager reste possible quel que soit son âge.

Crédit image : bleuchalou

C’est une passion, pas un métier

Oui et non. Ce terme de passion m’a toujours agacée, même dans mon ancienne vie en tant qu’infirmière ou soignante plus généralement. Il était censé compenser les heures à rallonge, la surcharge de travail, la fatigue récurrente, les contraintes du métier et le salaire ridicule. J’ai toujours cru que l’origine “bonne sœur” des infirmières expliquait ce travers. Il a fallu que je change de métier pour me rendre compte que je réussissais l’exploit de me dénicher une autre profession soumise à la même croyance. Le terme “passion” rime dans l’inconscient collectif avec “bénévolat”, on dirait.

Alors, blogueur voyage, c’est quoi ?

En tant que blogueur voyage, nous nous baladons partout où nous le désirons, parce que nous le voulons bien, en mettant la main à la poche comme chacun d’entre vous. Nous photographions, nous filmons, nous prenons des notes, nous cherchons des lieux plus secrets à partager avec ceux qui nous lisent. Nous visitons tous azimuts. Puis nous rentrons dans notre hébergement du jour pour écrire notre petit article, orné de photos et de vidéo, tout en continuant à répondre individuellement aux questions souvent très précises de nos lecteurs et en préparant notre balade du lendemain.

Quand je voyageais, dans le temps d’avant, dans celui où je n’avais pas mon blog en tête, je tenais mon petit carnet de voyage sans contraintes, sans obligation, juste celle, douce, de me faire plaisir. Il y a une part de masochisme, je pense, dans les débuts d’un blog. C’est pareil à la création d’une entreprise. La majorité des nouveaux blogs ne passera pas le cap des trois années d’existence. Pourquoi ?

  • C’est prenant en termes de temps, d’énergie et d’argent.
  • Certains ne trouveront pas leurs lecteurs.
  • Parce que poursuivre des efforts dans la durée sans voir ni avoir de résultats peut décourager.

DSC09507

Vous voyagez gratis, c’est honteux

Mais bien sûr. Et la marmotte, elle emballe le chocolat ? Et les journalistes voyage ou les photographes et les vidéastes qui parcourent le monde ? Leur reproche-t-on de ne pas payer leur voyages ou pire, d’être payé pour rédiger un reportage sur le pays visité ? Ce qui devrait inquiéter n’est pas la fausse “gratuité” du voyage mais la sincérité de l’article qui en découlera. C’est pourquoi je m’autorise à lister les points négatifs et positifs de toute expérience, sponsorisée ou non. Et non, nous ne sommes pas rémunérés pour ces articles.

Alors, c’est quoi un partenariat ?

 

Certains offices du tourisme, des marques contactent les blogueurs ou sont contactés par eux. Ils souhaitent une valorisation de leurs produits ou de leurs régions, plus ou moins conscients des contraintes liées au fait de travailler avec des blogueurs, avec leurs a priori véhiculés parfois par les médias. Par exemple, il leur faut accepter l’idée qu’ils s’adressent à des professionnels, que le travail demandé doit être rémunéré la plupart du temps et que, bien plus difficile encore, ils n’ont pas d’influence sur le contenu. Libre au blogueur d’écrire ses ressentis positifs ou négatifs sur le produit ou la destination. Après tout, ce que viennent rechercher les partenaires, c’est authenticité et vérité. Et en France, pour chaque article sponsorisé, c’est à dire rémunéré ou subventionné, ce doit être indiqué dans l’article.

Etre sponsorisé sur une destination ne nous oblige pas à n’être que positif dans notre article. Personnellement, j’avertis mes partenaires quand un article est franchement négatif. A eux de décider s’il doit paraître ou pas. Travailler avec un partenaire, échanger, mettre au point le compromis idéal pour les deux parties, connaitre les attentes et les contraintes de la relation représente une charge de travail conséquente.

Pour conclure 

Notre blog existe depuis trois ans. Plus de 150 articles ont été publiés. Blogueur voyage reste une activité exigeante mais pas plus que beaucoup de métiers. Il est vrai que la passion permet d’accepter quelques inconvénients ou contraintes.

Non, un blog ne permet pas de voyager gratuitement ou de gagner bien sa vie. Ceux qui y parviennent travaillent énormément et sont minoritaires. Si vous souhaitez créer un blog, ne lâchez pas votre emploi de suite. Ne comptez pas votre temps ou votre énergie et partagez votre passion, communiquez-la et… ne vivez pas que pour votre blog, ni que pour vos lecteurs. Vivez, vous n’en serez que plus intéressants.

martin's hotel

J’espère ne pas vous avoir épuisé avec cet article plus sérieux que ceux à quoi je vous ai habitués mais si vous lisez cette ligne, merci à vous. Blogueurs ou non, en accord avec moi ou non, n’hésitez pas à laisser vos commentaires en dessous, remarques ou questions. Je vous répondrai, promis !

Je réfléchis actuellement à la création d’une charte éthique propre à notre blog. Soumettez nous vos idées…

.

18 comments

  • Hello ! Ça me fait bien plaisir de lire ton article ! Je me frotte depuis quelques mois à la dure réalité du blogging professionnel et je ne peux qu’aller dans ton sens. Notre travail (par ailleurs passion et c’est tant mieux !) n’est pas reconnu à sa juste valeur et même si cela semble évoluer dans le bon sens, il y a encore beaucoup à faire !
    Je vois que ton article date de mai mais si tu n’as toujours pas trouvé ou créé ta charte, j’en ai une sur mon blog, à dispo car elle est en “Creative Commons Attribution-ShareAlike 4.0 International License”.
    Au plaisir !

    Répondre
    • Benoit, tu connais le problème je pense. Le temps a filé et je n’en trovue pas pour peaufiner ma charte. je m’en vais aller voir de ton côté. Merci. Et peut être au prochain salon des blogueurs ?

      Répondre
      • N’hésite pas à aller y jeter un œil, elle est très bien. Et oui ! A priori (s’ils m’acceptent) je devrais être au WAT18 🙂

        Répondre
        • Oui, effectivement elle est très bien. Je vais m’en inspirer et noter ton nom en dessous. Nous aussi, nous devrions y être si nous sommes acceptés. Croisons els doigts !

          Répondre
  • C’est tout à fait ça pour moi aussi !

    Répondre
  • Et oui, les clichés ont la vie dure 😉
    Merci pour l’article qui résume bien la réalité.
    De plus en plus de blogueurs agacés par des remarques injustes publient ce genre d’articles (tant mieux !). Il est temps de faire tomber le mythe du fainéant qui voyage gratuitement !
    Au plaisir de vous lire

    Répondre
  • Super article qui remet les choses à sa place ! Il est bien dur de parfois trouver la motivation de continuer. Il faut simplement se dire que le blog on le fait avant tout pour soi

    C’est bien de voir des voyageurs seniors qui partagent leurs expériences. Il n’y a que trop de “jeunes voyageurs” alors que tous les points de vue sont bons. Alors merci ^^

    Répondre
    • Merci pour ce commentaire. il y a tant de fantasme sur ce nouveau job. J’ai été une très jeune, puis une jeune, ensuite une moins jeune, puis enfin une senior voyageuse et je ne pense pas m’arrêter avant le stop final. Je désirai aussi transmettre l’idée qu’un blog c’est du travail, des heures à plancher dessus. Une passion certes mais pas du bénévolat. Je pourrais faire un article sur les propositions de partenariat qui n’en ont que le nom. Heureusement, il y a les lecteurs et leurs remarques positives qui nous encouragent.

      Répondre
  • Tout est dit. Le point est fait sur les blogueurs voyage. En effet, ceux qui en vivent sont minoritaires (11%) mais c’est possible. En attendant, c’est toujours sympa d’être inviter à découvrir une nouvelle destination gratuitement. En réalité, ce n’est jamais gratuitement puisque c’est la rémunération du travail effectué en amont et il y a tout le travail de rédaction et de promotion du lieu en question après le voyage.
    Très bonne idée la charte éthique, certains l’ont déjà mis en place avec de très bon retour.

    Répondre
  • C’est sûr que c’est du boulot: un investissement en temps et en argent! Le public vient doucement, il faut s’accrocher, mais quelle belle récompense au final quand on l’a trouvé !

    Répondre
    • C’est grâce aux lecteurs, à leurs remarques et commentaires que nous continuons. Ils nous permettent de persévérer et de nous améliorer. Merci à tous les lecteurs.

      Répondre
  • Merci pour cet article, qui j’espère changera les représentations sur les blogueurs :-). Avant tout passionnés de voyage, on a failli lâché notre blog tout simplement pour “Vivre”, mais on a tenu bon (notamment grâce aux personnes inspirantes et passionnées rencontrées au salon des blogueurs, des personnes loin de l’image véhiculée par les médias. Résolution : trouver un équilibre entre “vivre” et partager avec le blog 🙂

    Répondre
    • Je suis bien évidemment d’accord avec toi. Et j’apprécie ta résolution bien qu’elle ne soit parfois pas évidente à respecter. Bons voyages à toi !;D

      Répondre

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :