Chaplin, Vevey, Zermatt et Coire au fil des rails : nos découvertes

Ah, Charlie Chaplin ! Cet artiste est indissociable de la Suisse et plus particulièrement de Vevey. Nous vous avons parlé de Bâle et des trains suisses. Il me semble indispensable de vous parler des villes visitées en chemin et de vous donner nos impressions, très subjectives, dans l’ordre où nous les avons découvertes. Et nous terminerons par la visite du musée consacré à Charlie Chaplin.

Quelques villes suisses au fil des rails

Résultat de recherche d'images pour "carte suisse"

 

 

Comme les deux articles précédents, ce voyage a été facilité et organisé par l’office de tourisme suisse.

 

CHUR ou COIRE

Arrivés depuis Bâle dans cette jolie petite ville, nous avons eu le plaisir de loger au Romantic Stern Hotel, un magnifique 4* tout en charme et dépaysement. Ses chambres au style montagnard sont uniques et sont nommées relativement à une personnalité locale. Le repas servi le soir est typique et composé de produits traditionnels de saison. Tout y est excellent, copieux et a de quoi satisfaire les curieux. On devine qu’avant, pour résister au froid l’hiver et assumer le travail quotidien, il fallait bien remplir les estomacs. Même Senior a renoncé à finir mes assiettes…

salon de repos

Un point d’histoire

Cette ville de transit entre l’Allemagne, l’Autriche et l’Italie hébergeait les nombreux colporteurs. Elle est la ville médiévale la plus ancienne de Suisse. Une auberge était même nommée : Port de la Mer. Pourquoi ce nom ? Elle était un port, un lieu de repos le long de cet itinéraire et la pluie fréquente transformait la placette devant en mer de boue. La maison est toujours visible de nos jours. Comme toujours, la Réforme est intimement liée à l’histoire de la ville.

La cathédrale, restée catholique et en fonction, est un savant mélange des époques traversées tout au long de sa longue construction. Ses éléments passent du roman pour arriver à l’art moderne. D’ailleurs, l’art moderne s’affiche en ville, reprenant parfois d’ancienne légendes comme celle des larmes de Lucrèce. Et de nombreuses œuvres de street art ornent les rues pour notre grand plaisir.

Pour en savoir plus, contactez l’office de tourisme local. Nous avons eu le grand plaisir d’être guidés par Claudia, grande amoureuse et connaisseuse de sa ville. Nous vous la recommandons. Elle vous dira quel a été le cadeau d’anniversaire de mariage de Mr Salis à sa femme. Ah, on savait vivre à cette époque…

Où manger

En plus du restaurant de l’hôtel Romantic Stern cité plus haut dont nous vous recommandons le menu traditionnel, nous avons découvert le charme d’un restaurant installé dans l’ancienne maison de la corporation des vignerons. Son nom ? Imprononçable pour les non germanophones : Zunfthaus zur Rebleuten. La décoration du lieu, le service impeccable et les plats -excellents si ce n’est d’exception- nous ont ravis. Nous avons même eu le plaisir de discuter avec de jeunes suisses sur la ville et leur région d’origine.

Zermatt

A peine descendus du train Glacier Express, nous faisons connaissance avec la ville. Elle m’évoque une station de sports d’hiver classique avec ses nombreux magasins de sport, sa rue principale débordant de restaurants et de magasins de luxe. Pourtant, une partie ancienne a été conservée et se visite à son gré. C’est surtout un point de départ pour d’innombrables randonnées, petites, moyennes et grandes. C’est aussi ici que vous pourrez grimper dans le Gonergat qui vous emmène admirer le Mont Cervin dans toute sa splendeur. Allez jusqu’au bout du point de vue, cela en vaut la peine.  Et vous pouvez redescendre dans la vallée à pied ou en VTT si le cœur vous en dit en suivant les indications des chemins de randonnée. Notre article sur les trains vous donneront toutes les infos nécessaires.

Pour se déplacer dans la ville, utilisez vos jambes, appelez un taxi ou empruntez un bus. Tous les véhicules autorisés sont électriques, sauf les calèches bien sûr. Question de protection de l’environnement. D’ailleurs, la route Zermatt-Tash, village le plus proche, est fermée à la circulation.

Et il est même possible comme nous l’avons découvert, de loger tout en haut, tout près des cimes. J’imagine quelle vue féérique ce doit être quand les touristes à la journée ont déserté le lieu et que le soleil se couche lentement sur le Mont Cervin. Majesté, sérénité, plénitude.  Si besoin, je suis volontaire pour tester un lever et un coucher de soleil ici.

Quelques faits uniques

  • Téléphérique le plus haut d’Europe à 3883 m
  • Palais de glace le plus haut au monde
  • Restaurant le plus haut d’Europe à 3883 m
  • Train à crémaillère le plus haut d’Europe à circuler en plein air
  • Hôtel le plus haut d’Europe
  • Plus longue descente à ski d’Europe : 25km

 

 

Vevey avec ou sans Chaplin

Cette petite ville suisse logée sur le bord du lac possède le seul et unique Chaplin’s Wold, parc à la gloire de Charlie Chaplin, venu y vivre ses dernières années après son exil des USA.

Nous avons logé dans l’hôtel Astra, un 4* en face de la gare de Vevey, disposant de toutes les commodités, même piscine et salle de sport. Manque de chance, je n’avais pas mon maillot de bain et notre emploi du temps était trop juste pour aller m’entrainer (ou j’avais la flemme). Je vous conseille le restaurant-brasserie de l’hôtel, autant pour son décor Art Nouveau que pour la gentillesse et le professionnalisme de son personnel. Quant au contenu de l’assiette, il est d’égale qualité.

Avant de parler de ce musée un peu en retrait sur les hauteurs, je vous conseille de vous balader dans la vieille ville, tout en charme, de visiter le musée des jouets si vous avez la chance qu’il soit ouvert. Passez du temps au bord du lac, en savourant une glace et en admirant les nombreux cygnes, blancs, gris et noirs. Pour les enfants : attention aux mollets, ils pincent cruellement quand on envahit leur espace. Autant les laisser tranquilles.

Si vous êtes fan de Le Corbusier, la villa Le Lac, conçu par cet architecte vous attend le long de la jetée. Et si vous avez l’opportunité de visiter le musée de l’Absurde, dîtes-nous ce que vous en avez pensé dans les commentaires. Merci.

Chaplin’s World

Notre coup de cœur local. C’est un très beau musée avec de très nombreuses statues de cire, des interactions qui vous sollicitent, la possibilité de manipuler différents objets, d’expérimenter et la visite du manoir dans lequel Charlie Chaplin a vécu 25 ans.

Cet artiste est cher au cœur des francophones qui l’ont plébiscité dès son apparition dans le cinéma muet. Il reste une valeur sûre. La preuve ? Nous attendions de pouvoir pénétrer dans la partie cinéma en compagnie de personnes de tous âges, de 5 à plus de 80 ans. Un film était diffusé pour aider à patienter. Et les rires des uns et des autres ainsi que la sensation de « trop court », de regretter que l’attente ne soit pas plus longue alors que mon impatience est notoire, le prouvent.

Charlot

Cet artiste anglais aux multiples talents a enchanté plusieurs générations de spectateurs. Né dans une famille d’artistes de music-hall pauvre, il se produit très tôt sur scène, à l’âge de 5 ans. Remarqué à 19 ans, il part pour une tournée aux Etats Unis et joue dans différents films. Ses prestations retiennent l’attention et ses cachets s’améliorent. Il crée le personnage de Charlot, attachant et maladroit. Il fonde sa propre société de productions pour détenir le contrôle de ses films.

A partir de 1940, sa popularité baisse aux Etats Unis en raison de sa vie privée non conforme à la morale de l’époque et de ses supposées accointances avec le parti communiste. On lui reproche, entre autres, de ne jamais avoir demandé la nationalité américaine. Alors qu’il est en tournée de promotion en Europe pour son dernier film, il apprend le non renouvellement de son visa américain. Il décide de s’établir en Suisse, à Vevey avec femme et enfants et y restera jusqu’à sa mort. Il sera récompensé par un Oscar d’Honneur pour sa contribution exceptionnelle à l’industrie cinématographique. Le manoir restera possession familiale avant de devenir le Chaplin’s Wold.

Cet artiste autodidacte doué apprend seul le piano, le violon, le violoncelle ainsi que la direction d’acteurs, l’écriture d’un scénario, la mise en scène, la production… Son seul échec ? L’apprentissage du français. Malgré ses nombreuses tentatives, il ne parviendra pas à s’exprimer dans la langue de Molière ou de Blaise Cendrars.

Notre visite

Le parc autour du manoir est un véritable régal. Je comprends que Charlie y ait passé beaucoup de temps à jouer avec ses enfants, à y organiser des fêtes ou simplement à contempler la vue. J’imagine l’incroyable terrain de jeux qu’il devait être pour ses enfants. Prenez du temps pour vous y promener calmement.

Le manoir est très grand et on se promène dans le mobilier de l’époque. Des personnages en cire, représentant des proches de la famille sont installés çà et là. Ils sont si bien réalisés que j’ai parfois confondu réalité et reproduction. Et je vous laisse le plaisir de la découverte de l’étrangeté version Einstein dans la salle de bains.

La partie cinéma, à côté de l’accueil, se déguste lentement. Je ne souhaite pas déflorer le charme de votre visite. Mais vérifiez, par exemple, que vous pouvez vous évader de prison ou interrompez votre voisine qui ne lâche pas son smartphone.

Mon avis : pour qu’un musée consacré à un acteur soit réussi, il faut, selon moi, avoir envie de revoir tous ses films en sortant comme ce fut le cas pour De Funès à St Tropez. Ici, c’est plus que jamais le cas. De plus, Charlot est lié à beaucoup de souvenirs familiaux et je pense qu’il en est de même pour beaucoup d’autres d’entre vous. Quant aux nouvelles générations qui ne le connaitraient pas, je parie qu’après leur visite ici, elles n’auront de cesse de visionner tous les films de Charlie Chaplin, drôles ou pas.

En cas de petit ou grand creux, un restaurant, décoré à la Chaplin, vous attend. Pensez à réserver pour ne pas vous retrouver le ventre vide.

Et passez à la boutique souvenirs. Nous y avons craqué pour deux serre-livres en métal alors que je m’étais jurée de ne pas alourdir mes bagages.

Pour y venir :

Bus 212 depuis Vevey (arrêt Chaplin) ou en voiture par l’Autoroute A9 sortie Vevey (parking payant).

Adresse : route du Fesnil 2, 1804 Corsier sur Vevey

Plus d’informations : www.chaplinswold.com

Sachez qu’il est possible de louer le parc pour des célébrations familiales ou autres.

Conclusion provisoire

C’est fini pour aujourd’hui. Je suis ravie d’avoir découvert autant de lieux intéressants en Suisse et je remercie encore une fois l’office de tourisme suisse pour leur proposition.

Vous souhaitez que votre voyage en Suisse soit organisé de bout en bout ? Contactez l’OT suisse. Tout comme nous, vous serez enchanté.

Vous connaissez les lieux dont nous venons de parler ? D’accord ou pas d’accord avec nous ? Venez en discuter ci-dessous. Et pensez à partager l’article si vous l’avez apprécié. Sinon, dîtes-nous comment l’améliorer.

 

 

 

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :