Conseils de santé adaptés pour seniors en voyage

seniors sur la route

Vous l’avez sans doute deviné, nous allons aujourd’hui vous délivrer quelques conseils de santé pour voyager serein.

Conseils de santé

pour seniors vadrouilleurs

seniors en vacancesVous avez du temps, de l’envie et un peu d’argent devant vous. Vous désirez vous échapper de votre train-train et il n’y a plus d’émissions de télé qui vous intéressent ? Votre passage dans un festival de cultures du monde vous a contaminé et donné envie de visiter la Planète ? Vous souhaitez vérifier si les murs peints sont plus beaux ailleurs ? De quoi avez-vous besoin ? Entre autres éléments, sans doute de quelques conseils de santé pour seniors vadrouilleurs ? C’est parti !

Oui, vous avez décidé de vous lancer à la découverte du monde. Ou vous l’avez toujours arpenté et la sagesse est venue avec l’âge. (Il faut bien se consoler comme on peut !)

Quelques petits bobos égrènent votre quotidien mais ce n’est pas un diabète stabilisé ou un petit problème de hanche qui va annihiler votre envie de découvertes ou de rencontres. Peut être même vous êtes-vous lancé dans l’apprentissage d‘une langue étrangère et désirez vous aller vérifier sur place et auprès des locaux l’exactitude de votre prononciation ?

D’ailleurs, où souhaitez-vous partir ?

Quelle est votre destination ?

 

seniors riants⇒Les Tropiques ? 

 

o Vous supportez bien les fortes chaleurs humides ? Ce n’est pas le cas de tout le monde.

o Vous n’oubliez jamais ni votre couvre-chef (posé sur votre tête, pas sur vos genoux) ni votre crème solaire indice 50 minimum ? Bien. Ne sous-estimez pas le soleil des tropiques. Lui ne vous ratera pas. Même si vous êtes marseillaise et que “le soleil, je connais et je prends toujours de l’indice 10”.

Spécial dédicace à une jeune femme boursouflée dès le second jour de son voyage en Thailande après exposition de quelques heures sur une plage. Non, ce n’était pas beau à voir. Oui, c’était très douloureux !

Si vous êtes en Asie, vous savez que la climatisation dans les bus ou dans les grands magasins sera réglée sur 15° maximum, petite différence avec la température extérieure (de 30° environ), fabuleux pour déclencher une pharyngite ou une angine. Donc, une petite veste vous suit comme votre ombre.

o Vous adoptez les coutumes locales et vous respectez le rythme des habitants avec lever très matinal et siestes aux heures les plus chaudes de la journée ? Parfait. Vous évitez les coups de chaud. De toute façon, les musées sont fermés. Et les magasins aussi.

o Vous ne craignez pas les insectes, surtout pas les moustiques car vous êtes vaccinés contre l’encéphalite japonaise (causée par les piqures de moustiques dans les zones rurales en Asie) ou contre la fièvre jaune en Afrique (causée par les piqures de certains moustiques sur ce continent).

o Vos traitements antipaludéens sont à jour ; votre organisme les supporte bien et vous n’oubliez jamais leur prise à heure régulière. Ne portez que des vêtements longs, couvrant vos bras et vos jambes. Et utilisez des sur-chaussettes quand vous marchez en forêt. Ne tremblez pas à la vue de minuscules sangsues (moi, si !). Et  emportez des insecticides d’une efficacité redoutable. Mon préféré reste le 5/5 spécial tropiques.

Sachez que, sur place, vous pourrez trouver des insecticides puissants mais parfois mal tolérés par les peaux occidentales.

o Vous restez attentif à votre alimentation : vous lavez vos fruits et légumes à l’eau minérale ; vous ne buvez que de l’eau en bouteille en évitant les glaçons si vous n’êtes pas certains de leur origine (ou du soda, ou du thé glacé. Non, pas le rhum. Vous connaissez le principe : l’alcool, c’est avec modération. Sauf sur les plaies et dans les westerns). Je sais, c’est contraignant. Une « petite » tourista n’est jamais dramatique même si elle peut pourrir un voyage. J’ai rencontré au Vietnam un voyageur qui en un mois n’a visité que les toilettes de ce pays.

o Votre hygiène est maximale : de nombreuses maladies oubliées en France sont véhiculées par des mains sales ou de l’eau impropre. Je ne pense pas que le choléra, une hépatite ou des amibes soient les souvenirs espérés. Vous vous lavez les mains avant et après le repas avec minutie, après être allé aux toilettes…

Je ne vais pas vous faire l’offense de vous expliquer comment vous devez vous laver les mains (trois minutes au total en brossant vos ongles, intérieur et extérieur des doigts. Oui, entre les doigts aussi). Vous pouvez vous munir de lotion hydro alcoolique en supplément de vos lavages de mains réguliers.

o Vous buvez beaucoup d’eau minérale. Vous salez vos aliments plus que d’ordinaire pour lutter contre la perte de sels mineraux (sauf contre-avis médical).

o Vos lunettes de soleil protection 3 minimum ne quittent pas vos yeux de la journée ? Pensez à les enlever pour dormir !

voyage de seniors

 

⇒ Une destination polaire ?

 

o Vous transpirez dès que le thermomètre affiche plus de 15° ? Tout va bien.

o Vous savez vous nourrir en conséquence pour supporter un froid glacial et pour pouvoir profiter de vos activités extérieures.

o Vos vêtements sont adaptés en mode oignon (couche sur couche) et vous n’ôtez jamais nos chaussettes, ni vos sur-chaussettes, ni votre bonnet, ni vos gants triple épaisseur et encore moins votre écharpe en extérieur ; n’oubliez pas qu’avec l’âge nous perdons un peu de sensibilité cutanée. Attention aux engelures !

o Vous êtes attentif à tout risque d’hypothermie et vous savez en reconnaitre les signes chez vous et chez les autres : frissons, lèvres puis bout des doigts bleuté. S’ensuit la  somnolence, la confusion et une élocution difficile. Débarrassez-vous de vos vêtements mouillés, enroulez-vous dans une couverture épaisse, buvez des boissons tièdes et absorbez des aliments riches en sucre.

o Vous aussi ne quittez pas vos lunettes de soleil protection 4. Oui, vous ne conduirez pas de motoneige avec, car vous le savez, cette protection interdit toute conduite de véhicule à moteur, votre tondeuse y compris ! En les portant dès que nécessaire,  vous éviterez le vieillissement prématuré de votre cristallin.

⇒Une destination tempérée ?

Oui, elles existent et vous y vivez le reste de l’année si vous êtes métropolitains.

Les consignes de sécurité sont les mêmes que celles que vous suivriez en restant chez vous.

Prenez garde à la fraîcheur des aliments que vous ingurgitez.

Pensez crème solaire pour toute exposition au soleil.

Les règles d’hygiène, quoi que moins draconniennes qu’en région tropicale, restent valables.

L’été, faîtes suivre dans vos bagages une écharpe pour éviter les angines dues à une climatisation trop poussée.

 

Avant toute chose, avant même d’avoir réservé votre séjour sur Internet ou dans votre agence de voyages préférée, prenez rendez-vous chez votre médecin traitant.

Il vous connait bien : vos forces, vos faiblesses, les surveillances adaptées. Il pourra vous prescrire un bilan qui lui permettra d’adapter ses prescriptions.

Selon votre future destination, il pourra vous conseiller de manière personnalisée.

Il saura selon le mode de voyage choisi ce qu’il convient de faire, selon votre état de santé et les vacances envisagées par vous :

senior en formeVacances itinérantes,
Séjour fixe,
Séjour en hôtel club tout compris,
Circuit accompagné en groupe accompagné ou en individuel,
Hôtels confortables ou campings sauvages,
Moyens de transport envisagés (bus local ou compagnie privée…) ainsi que leurs durées et leurs confort,
L’altitude et le climat,
Les conditions sanitaires du pays prévu,
La prescription d’un éventuel traitement préventif en cas de paludisme,
La vérification des vaccins obligatoires et conseillés.

Les contre-indications pour un voyage loin et/ou long voyage sont, me semble-t-il, des chutes fréquentes, une importante insuffisance cardiaque et/ou respiratoire non stabilisée par un traitement.

 

Évitez les circuits découverte style « la Chine en 15 jours », lever à 5h du matin puis visites au pas de course jusqu’à 23h, 15 degrés dans le bus, 45° à l’extérieur. C’était épuisant quand vous aviez 30 ans. Ce le sera toujours si vous en avez le double.
Selon votre état général et la façon dont vous envisagez vos vacances, sportives ou reposantes, privilégiez une découverte du pays ou de la région sur un rythme doux.

Vous avez le temps. Pensez que le prix du billet d’avion sera le même que vous restiez sur place 15 jours ou deux mois. Votre budget n’explosera pas si vous vous autorisez à suivre votre rythme. Alternez journée de découvertes et journée farniente, randonnées et visites culturelles. Prenez le temps de vivre.

Vous avez signé pour un trek au Népal ? Allez-y en douceur et en respectant votre corps. Bien sûr, tout dépend de votre entrainement. Tout le monde ne peut pas suivre le rythme de Bernard Ollivier sur les sentiers du monde.

Vous souffrez d’une maladie chronique ?

Conservez sur vous un bilan médical rédigé en anglais et dans la langue du pays (autant que faire se peut) mentionnant les traitements en cours (plutôt les molécules que les noms de marque, tel que “paracétamol” pour “Doliprane” car seuls les noms génériques sont internationaux), les intolérances et allergies dont vous souffrez. Il serait embêtant de vous provoquer un œdème de Quincke parce que vous avez omis de préciser être allergique à la pénicilline.

Oui, il y a de très bons hôpitaux et systèmes de santé ailleurs qu’en France. Mais vous n’êtes pas obligés d’aller vérifier chaque établissement par vous-même. Et la carte Vitale n’est pas vraiment acceptée en dehors de la France. Pour l’Europe, pensez à la Carte Européenne, facile à obtenir auprès de votre CPAM. Vous pouvez l’obtenir sur demande par internet, par téléphone ou en vous rendant dans votre centre d’assurance-maladie. Ailleurs, pensez à augmenter le plafond de votre carte bancaire !

Pour plus d’infos sur la carte européenne d’assurance maladie  /:

Si vous possédez une carte Visa, vous bénéficiez d’une assistance médicale 24h/24, 7j/7, sans même avoir besoin de régler votre voyage avec.

Avant d’entreprendre tout soin à l’étranger, pensez à joindre par téléphone le numéro d’assistance noté au verso de votre carte bancaire !

Vous prenez un traitement au long cours ?

conseils santé pour seniorsPensez à demander une ordonnance qui couvre la durée de votre voyage. Vous pouvez répartir vos boites de médicaments dans vos bagages ou les conserver sur vous avec votre ordonnance. Vous avez pensé à la faire traduire en anglais et dans la langue du pays d’accueil ? Tout médicament transporté doit pouvoir répondre de sa présence par l’ordonnance qui le prescrit. (Nécessaire surtout aux Etats Unis. Je vous incite à lire l’excellent livre de Tamarik, très drôle et très bien renseigné : guide de survie aux Etats Unis).

Pensez aux précautions de conservation de vos médicaments. Certains risquent de mal supporter la douce chaleur des soutes de l’avion ou celle des bus internationaux. Pensez sac isotherme.  Sans les rendre non consommables, la température non adaptée peut diminuer leur efficacité.

Bon courage !

Sachez que selon les douanes, même munis d’ordonnances et de certificats médicaux, vous aurez quelques difficultés à expliquer que non, vous ne vous droguez pas, que oui, ce traitement vous est indispensable, que non, vous ne faites pas d’importation de médicaments, que oui, ils ne sont que pour vous et en quantité nécessaire pour votre séjour, que non, vous n’allez pas les distribuer comme des bonbons, que non, voyons, vous ne vous énervez pas, B….. de M…. !

Diabétique et insulino-dépendant ?

Vous le savez, vous connaissez votre maladie. Vous faites suivre votre insuline et vos seringues. Ce qui est noté au-dessus reste valable : un certificat de santé mentionnant votre maladie, son traitement et l’obligation pour vous de le conserver avec vous.

Dans l’avion, confiez vos seringues à une hôtesse qui pourra les conserver au frais le temps du vol. De plus, elle pourra sans doute vous donner un supplément de pain pour lutter contre toute hypoglycémie. Oui, vous savez qu’une hypoglycémie est beaucoup plus dangereuse pour vous et votre cerveau qu’une hyperglycémie.

Plus de renseignements sur ce sujet ? Pensez à lister vos questions avant votre visite chez votre médecin traitant.

Pensez à décaler vos prises d’insuline selon le décalage horaire. Même si c’est difficile, évitez d’utiliser sédatifs ou somnifères. Ces médicaments risquent de modifier votre perception d’une hypoglycémie.
Munissez-vous d’un sac isotherme et prévoyez vos hébergements uniquement dans des lieux possédant un réfrigérateur pour y stocker votre insuline.

Vous souffrez d’un trouble cardio-vasculaire ?

Votre maladie est stabilisée ? Bien. Vérifiez toutefois que vous supporterez le transport. En avion par exemple, la pression en oxygène baisse. De plus, il peut vous être prescrit un traitement pour lutter contre les risques de thrombose veineuse. Vous tirerez bénéfice du port de chaussettes de contention dans l’avion (à enfiler avant d’avoir mis le pied par terre, jambes en l’air) et de vêtements amples.

Vous êtes porteur d’un pacemaker ? Vérifiez son dernier contrôle. Et emportez le livret d’entretien avec vous.
Certains traitements, comme les antipaludéens, ne font pas bon ménage avec quelques  médicaments prescrits pour les affections cardiaques. Je me répète, je le sais mais

La visite chez votre médecin traitant est indispensable avant votre départ.

Ils ne vous serviront certainement pas, mais prévoyez d’emmener un traitement d’urgence pour le cas -improbable- où votre état de santé s’aggraverait brutalement en voyage.

Pour tous : Attention aux pics de pollution !

Certaines villes présentent des pics de pollution à côté desquels Paris fait petit joueur. Vous le savez, la pollution atmosphérique peut déclencher des crises d’asthme, aggraver les maladies respiratoires, accroître la fréquence des sinusites, des conjonctivites et des eczémas.

Bien qu’on ne connaisse pas encore avec précision les effets d’une exposition brève à la pollution par rapport à une exposition longue, il reste préférable d’éviter d’y séjourner dans la mesure du possible.

L’Asie et le Moyen-Orient sont particulièrement touchés. L’Inde, le Pakistan obtiennent un score de pollution particulièrement inquiétant.

Si vous êtes asthmatique, évitez ces villes et conservez sur vous un traitement d’urgence que ce soit en avion ou ailleurs. Si vous êtes sensibles aux acariens, sachez que ces jolies bêtes ne survivent pas au-delà de 1500 mètres d’altitude.

Pour connaitre les taux de pollution atmosphérique dans le monde :

Ne vous privez pas de voyager.

Suivez les conseils de votre médecin traitant, les miens (si votre praticien les juge adéquats) et votre bon sens.

Sur ce, Bon voyage, Bonne Santé, et Bonne Route !

conseils de santé

Merci de  laisser vos commentaires. nous vous répondrons très vite !

2 comments

  • Martine

    Bonjour, je suis tombée par hasard au gré d’un mouvement de doigts sur votre site. Quelle bonne idée qu’un site de sénior en voyage! Du coup, comme on part la semaine prochaine faire l’ouest des USA, je réfléchie à faire un blog de ce voyage ainsi que d’autres. J’espérais que vous parleriez des assurances santé rapatriement à prendre, indispensable pour des voyageurs de notre âge. (66 et 67 ans) Laquelle conseillez-vous? Avez-vous déjà eu besoin de ces assurances? Bonne continuation dans vos vadrouilles, amicalement Martine

    Répondre
    • Bonjour. je n’ai pas parlé encore des assurances santé pour seniors. c’est l’objet d’un article en cours à paraitre en septembre. il me manque encore quelques données pour le finaliser. Savez-vous qu’avec votre carte bancaire, même si elle n’a pas servi à payer vos vacances, vous êtes couverts pour des problèmes de santé. Contactez le numéro de téléphone noté sur votre carte et vous aurez tous les renseignements. vérifiez aussi votre assurance maison et votre mutuelle santé. Beaucoup incluent des services de rapatriement.
      Je vous souhaite un excellent voyage ainsi que de ne pas avoir besoin de rapatriement !
      Bon voyage

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

* * Cette case à cocher est obligatoire

*

J'accepte

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.