Les Cotswolds ou le charme de la campagne anglaise

Une région réunit tous les suffrages en Grande Bretagne quand on parle de vacances dans un cadre enchanteur. Il s’agit des Cotswolds  nom que je ne parviendrai jamais à prononcer correctement. On parle de villages dignes de contes de fées. Justifié ou non ?

Les Cotswolds villages de charme

je l’avoue, j’en ai d’abord entendu parler  en lisant les romans de M.C. Beaton et sa série « Agatha Raisin ». Je résume la trame des romans : Agatha est une attachée de presse londonienne qui décide à 50 ans de changer de vie. Elle cesse de travailler, vend son appartement à Londres pour acheter une jolie maison. Où ? Dans les Cotswolds bien sûr !

Quelques mois plus tard, la série télévisée est arrivée en France et a accentué mon envie de vérifier par moi-même la beauté de cette région de l’Angleterre.

Digne de leur réputation, les Cotswolds ?

 

Profitant de notre séjour estival en terre britannique, nous avons pu écumer plusieurs villages.

Résultat de recherche d'images pour "cotswolds map"

Les Cotswolds en généralités

Les Cotswolds  sont une chaîne de collines du sud-ouest de l’Angleterre. La région est désignée comme une Area of Outstanding Natural Beauty (« région de beauté naturelle exceptionnelle »). Le point culminant en est Cleeve Hill, à une altitude de 330 m.

Les Cotswolds se trouvent à l’Ouest de Londres, dans les comtés d’Oxfordshire, de Gloucestershire, de Wilshire, du Somerset, du Warwickshire et du Worcestershire. Rien que ça ! Et la source de la Tamise, chère aux britanniques se trouve dans les collines du Gloucestershire.

La chaîne s’étend de la ville de Bath au sud vers Chipping Campden au nord sur une longueur de 150 km et 40 km de large.

Cette région a longtemps été un lieu de résidence convoité. De nombreuses hauteurs à l’ouest sont couronnées par des forts. Dans leurs fondations, sont fréquemment retrouvés des vestiges remontant à la Préhistoire. Ailleurs, des tombeaux du Néolithique aux tumulus ronds de l’âge du bronze abondent.

Bien loin des mines de charbon et des grandes villes, la région a échappé aux effets de l’industrialisation. Son mode de vie rural a été préservé.

cotswolds

Nos opinions dans l’ordre de nos visites

 

  • Chipping Camden : ce village est un des plus réputés des Cotswolds avec raison. Il y a tant à voir que les yeux ne savent plus où se poser. Les anciennes halles sont à voir tout comme les cottages aux toits de chaume (qui m’ont rappelé le Japon. Chut !)

 

  • Bibury : charmant village visité sous un climat très anglais (averse forte et durable) avec des allées de cottages parfaits, des canaux… et des asiatiques. Il y a tant de touristes asiatiques que les termes « propriété privée » sont écrits en japonais et chinois en plus du classique anglais.

  • Broadway : village tout en longueur, arrêtez-vous y pour le plaisir des yeux. Notez ici et là les détails architecturaux, le charme des cottages souvent transformés en auberges et/ou hôtels. Ce village mise sur le tourisme et charme même les récalcitrants comme nous.

 

  • Bourton on the water : charmant sans doute sans la horde de touristes dont nous faisions partie. Entre les nombreux groupes et la pluie, notre visite a été plutôt courte.

 

  • Cirencester : comme souvent, ne ratez pas l’église et partez à la chasse aux lapins (ou autre déco artistique pour les bonnes œuvres locales ou nationales). Dans l’église, vous trouverez une construction de la cathédrale en lego. Vous pouvez participer en payant 1 livre par brique pour la poursuite du chantier.

 

  • Fairford : l’église puritaine date du 15e siècle et sa restauration a été menée avec beaucoup de goût. Là aussi, chassez les lapins et prenez un café avec une douceur au bureau de poste. J’ai testé, les deux sont excellents.

  • Lechlade on Thames : attirant village le long d’un canal. Véritable aimant à touristes. Idéal pour les achats de souvenir dans un cadre conçu pour lui. A fuir si vous n’aimez pas la foule.

 

  • Northleach : la petite ville est charmante, pas très étendue. Elle mérite le détour par son église et son cimetière. Je ne suis pas folle des cimetières mais en Grande Bretagne, ils dégagent une sérénité exceptionnelle que j’apprécie.

 

  • Gloucester : ville la plus importante des Cotswolds, elle mérite une visite approfondie. Pensez bien sûr à sa cathédrale, trainez dans ses rues. Oubliez les lapins, ici ce sont les cochons qui nous ont fait marcher. Rendez-vous dans le quartier des anciens docks, réaménagé de belle manière.

  • Painswick : le village est mignon, un peu pentu avec des ruelles comme j’aime. Ne ratez surtout pas le très beau cimetière qui jouxte l’église, à voir aussi.

 

  • Wichcombe : très jolie petite ville à voir et à visiter. Une des rares où je me verrais vivre. Et je ne dis pas ça uniquement parce qu’ j’y ai acheté une très jolie tenue pas chère. L’église et son cimetière attenant sont particulièrement sympathiques. Les cottages disséminés dans la ville réveillent l’âme des photographes et le château un peu en dehors vous propose une bien jolie balade.

  • Banbury : Là, nous ne sommes pas d’accord. Je n’ai pas aimé car le village m’est apparu sans charme. Senior a beaucoup apprécié son caractère de petite ville où l’architecture est réellement ancienne et très bien préservée.

 

De plus, il est possible pour les randonneurs de sillonner la région des Cotswolds. Plusieurs sentiers relient les villages. Il existe la Cotswolds Way  de plus de 100 miles (160 kilomètres) qui part de Bath au Sud pour rejoindre Chipping Camden au Nord. Pour encore plus de renseignements, c’est par ici Pour acheter les cartes, c’est par là.  Ces deux sites sont en anglais.

Et si vous prévoyez de faire la randonnée, pensez que le climat anglais est farceur, qu’il pleut plusieurs fois par jour dans le meilleur des cas. Vêtements de pluie indispensables. Et privilégiez la technique bien connue de l’oignon : plusieurs couches à mettre et enlever selon la météo. Bonne balade !

 

Ailleurs la campagne anglaise telle que nous avons pu la sillonner par Senior.

J’avoue être particulièrement sensible à l’harmonie de mon environnement, au point d’en être peut-être pénible. Les Cotswolds de ce côté sont sans conteste un ravissement : chaque village à son caractère tissé de juste coquetterie, de charmes variés et même de somptueux. Ils forment tous un ensemble remarquable où la cohérence de style bannit impitoyablement les écarts de goûts. Bien sûr chacun aura ses coup de coeurs et ses rejets. Certains, à trop vouloir les parcourir, pourraient ainsi se lasser mais ceci serait ne pas compter sur l’ailleurs de ce « top ».

Oui, la campagne anglaise quoi que faite d’une flore et d’une faune toute semblable à celle d’une bonne moitié nord de la France a une organisation toute britannique. Elle répartit l’habitat et gère l’écosystème d’une façon dont notre bon pays profitait à sa façon il y a quelques décennies. Le charme d’un jardin à l’anglaise à l’échelle des régions.

Pour le vulgaire touriste qui a un peu de temps, ça se résume à emprunter le chemin piétonnier qui part non loin de son logement s’il est à la campagne. S’il est urbain, qu’il s’arrête à une petite aire de stationnement limitrophe d’un village. Il y aura non loin de là un poteau vert coiffé d’une ou plusieurs indications de direction, chacune immédiatement concrétisée à ses pieds par un chemin. La suite est à découvrir en passant d’un champ, d’un pré ou d’un bois à un autre, voire en les traversant (droit de passage public). Il vous faudra pour cela ouvrir (et refermer) un portail placé là à l’intention du promeneur. Enjamber une clôture, aidé d’une ou deux marches pour faciliter la voie de votre passage. Courber la tête pour franchir une simple ouverture dans une haie. Traverser une rivière sur un pont de planche etc…

Vous êtes en train de parcourir la campagne anglaise littéralement quadrillée par le réseau de mailles fines que représentent les chemins piétonniers. Forme de jardin où le passage du visiteur est facilité plus qu’interdit. Tout comme le réseau routier en Angleterre est plus dessiné  pour rendre à la circulation toute son efficacité plutôt que de la contraindre et la réglementer.

Votre charge est, pour les organisés, d’éventuellement vous enquérir de ce maillage auprès de l’équivalent de la mairie de l’endroit. Pour les prudents et patients, de découvrir jour après jour le réseau qui vous entoure. Pour les plus aventureux, de vous faire confiance et d’y aller. Vous modèlerez ainsi votre itinéraire préféré. Suivre le fond d’un vallon avec son petit cours d’eau. Arpenter les collines et se laisser surprendre par de discrets points de vue. Simplement vous laisser aller à la poésie sans cesse renouvelé du paysage. S’il y a un aspect dominant, c’est celui du bocage.

Vous aurez été alors certainement

  • Séduit par l’une de ces inévitables maisons de poupées aux allures de conte de fées, blotties dans ses bosquets.
  • Amusé par les cabrioles des écureuils gris
  • Interpelé par la variété des discrètes fleurs des champs.
  • Impressionné par l’élégance de certains chevaux aux prés.
  • Survolé par quelques une des habituelles buses.
  • Etonné par une exotique vache écossaise… .

Ou, discret, vous aurez :

  • Débusqué sans y prendre garde une ribambelle de poules faisanes et eu la chance d’admirer le mâle.
  • Surpris un petit cerf aboyeur.

 

Saoulé des douceurs et de l’harmonie de votre cheminement, au hasard, un regroupement de maisons vous offrira un concours sur le charme singulier de ses Bow Windows.

Une église, toujours ouverte, vous apprend une autre façon d’accorder un cimetière au beau.

Prenez un verre dans un pub au hasard des chemins pour voir les quelques anglais, aimables et civils croisés sur votre route, sous un jour moins retenu. De plus le service est bon et attentif comme dans les restaurants. (Nous resterons discrets sur le contenu de l’assiette.)

Là, loin ou à deux pas de votre point de départ, sans risque pris, vous serez dépaysé, serein et plein d’une saine fatigue.

Faites juste attention. Ces chemins sont la trame d’une campagne voire d’une région. Les kilomètres s’accumulent rapidement. Il ne tient qu’à vous de les limiter. Et profitez… . C’est verdoyant, peut-être même à certain regards, luxuriant. Le climat a la main verte !

Alors, convaincu ?

Vous ne connaissiez pas ? Courez-y avec un parapluie ou une veste de pluie. Et appréciez votre balade. et si vous demandez où trouver pas cher des livres sur els Cotswolds, pensez à notre article sur les Charity shops !

Pensez à commenter et à partager ! Merci.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :