Digne les Bains

ADN et Digne les Bains :

Venez découvrir une région unique, chérie par Alexandra David Néel et seule capable de rivaliser avec son Tiber : Digne les Bains

Aujourd’hui, j’ai envie de vous parler d’une femme extraordinaire qui a su créer son chemin alors que son époque  ne s’y prêtait guère, Alexandra David Neel. En parallèle, je vous indiquerai quelles sont les visites incontournables à Digne les Bains, ville dans laquelle elle a passé ses dernières années. Car si vous ne deviez visiter qu’une seule chose à Digne les Bains, ce serait la maison d’ADN dit le Nid d’aigle.

Rare sont les lieux consacrés  à une personnalité où la présence, la singularité de l’être transparaît aussi simplement et totalement. 

Digne les Bains

Petit lexique dont vous aurez besoin dans cet article :

ADN : Alexandra David Néel

Single : un chemin de randonnée où le retour est le chemin de l’aller

D+ : dénivelé positif

D- : dénivelé négatif

Alexandra David Néel et Digne les Bains

un âge pour voyager ?

Avec le collectif #EnFranceAussi, auquel j’ai le plaisir de participer, plusieurs femmes françaises de différentes époques et différents domaines de prédilection sont mises en lumière.

Pour ma part, férue de voyages, je vais vous narrer la vie d’une exploratrice aventurière : Alexandra David Neel ou ADN pour les intimes. Promis, mon prochain article traitera d’une exploratrice française contemporaine dont les exploits ne sont à mon goût pas assez connus.

Mais pour le moment, restons centré-e-s sur ADN. J’ai déjà évoqué cette personnalité forte, exigeante et intelligente, ici ou là, dans différents articles tant son chemin de vie me fascine. Car comment ne pas parler d’une femme ayant su défier les contraintes liées à son milieu d’origine, à son sexe, à son époque ?

Points essentiels de sa vie :

Louise Eugénie Alexandrine Marie David, plus connue sous le nom d’Alexandra David-Néel est née le 24 octobre 1868 à Saint-Mandé et morte à près de 101 ans le 8 septembre 1969 à Digne-les-Bains

Elle a été : 

  • une orientaliste, 
  • une tibétologue, 
  • une féministe,
  • une chanteuse d’opéra,
  • une journaliste 
  • une anarchiste, 
  • une écrivaine 
  • une bouddhiste française
  • une franc-maçonne
  • et une exploratrice.

Elle fut, en 1924, la première femme occidentale à atteindre Lhassa, capitale du Tibet, exploit dont les journaux se firent l’écho un an plus tard et qui contribua fortement à sa renommée, en plus de ses qualités personnelles et de son érudition. Lhassa était un lieu accessible aux étrangers que sous des conditions très restrictives et totalement interdit aux femmes. Nécessitant mille subterfuges, plusieurs  tentatives, ascétisme, elle y est parvenue au nez et à la barbe des Anglais.

Sa vie est passionnante avant même qu’elle ne se décide à partir pour l’Inde. Fugueuse dès l’âge de 5 ans, éprise de liberté, passionnée, intelligente, elle vivra en union libre avec Elisée Reclus (au 19e siècle !) puis épousera Philippe Néel.

Elle ne deviendra jamais mère par choix. Leur mariage,lien entre deux fortes personnalités, s’étiole mais leur affection restera sincère jusqu’à la mort. Elle part pour l’Inde en 1911 en promettant un retour dans 18 mois. Elle reviendra oui, mais 14 ans plus tard. Et elle repartira. Avec le jeune Aphur Yongden, âgé de 15 ans, dont elle fera, en 1929, son fils adoptif.

Le but ici n’étant pas d’énumérer ses nombreux voyages mais de vous parler de sa dernière demeure, je dirai simplement qu’elle rentrera définitivement en France en 1946 et achète une demeure à Digne les Bains, seul lieu capable de lui rappeler son cher Tibet.

Elle y décédera à près de 101 ans, sans jamais avoir cessé d’étudier, d’écrire, de vivre SA vie et ses voyages.

J’ai eu l’immense plaisir de visiter sa maison appelée le Nid d’Aigle il y a quelques années et d’y être guidée par son ancienne dame de compagnie/bonne à tout faire Marie Madeleine Peyronnet. Suivez le lien pour le récit de ma visite.

Et que voir d’autre à Digne les Bains ?

Une fois que vous avez visité le Nid d’Aigle, rêvé aux aventures d’ADN et… Je plaisante ! Vous avez le droit de ne pas vous intéresser à la vie hors normes, passionnante et particulière d’une femme exceptionnelle au destin singulier qu’elle a su tracer seule. Vous resterez seul avec vos regrets…

Digne les Bains ne se résume pas à ADN. Bien que pour moi, d’avoir été élu comme lieu de vie après ses aventures tibétaines indique que le panorama est unique et mérite le détour.

Les 10 incontournables de Digne les Bains

Le nid d’Aigle bien sûr et la vie d’ADN

Oui je persiste.

La dalle aux ammonites :

Ce lieu est très facile d’accès au bord de la route de Barles, petit parking gratuit, cheminement sécurisé. Une d’aller gigantesque et des centaines d’ammonites Ce lieu ne vous retiendra pas plus d’une heure sauf si vous êtes passionné de géologie. Un site remarquable et bien mis en valeur  avec des panneaux didactiques sur place. L’aménagement est également top pour expliquer aux enfants le phénomène de la dalle et l’origine de ces drôles de fossiles. Arrêt rapide certes, mais efficace pour les yeux et l’embellissement de notre culture.

Pour vous y rendre : Route de Barles D900A Quartier des Isnard. Départementale 900A, 04000 Ville de Digne-les-Bains, 

La Via Ferrata du Rocher de 9 heures :

Via surplombant Digne les bains. 

Vous pouvez utiliser votre propre équipement ou en louer un à l’office du tourisme.

Après une marche d’approche un peu raide d’environ 30min via un sentier qui part non loin du centre-ville de Digne, on atteint une sorte de replat laissant découvrir la falaise convoitée. Poursuivre la marche environ 5-10min en empruntant le chemin de droite. Celui de gauche est le sentier de sortie de la via.


Le parcours s’effectue en 2 temps :
– 1ère via sympa avec son passage dit de l' »Escargasson » (sorte de cavité dans la roche dont on s’extrait par le haut en montant légèrement en colimaçon, avec à la fin une échelle inversée). Puis traversée d’un pont népalais avant d’entamer la désescalade.
– 2ème via atteinte après une petite randonnée de 5 min. Passage par 2 poutres minces et un pont de singe.

Comptez 2h30 en prenant des photos. La falaise est globalement à l’ombre le matin, mais bien exposée dès la fin de matinée. 

Concernant le parcours, je l’ai trouvé assez accessible. Je pense que c’est plus impressionnant à voir d’en bas. Sur la falaise, plusieurs prises nous permettent d’avancer à notre rythme. Avoir avec nous un guide qui maîtrise le parcours et nous montre les bons gestes est plus rassurant. Demandez Marco à l’office de tourisme.

Cette via ferrata sans difficultés majeures offre une belle vue sur la ville de Digne-les- bains. 

Chapelle St Pancrace et chapelle Saint jean

Bien que la Chapelle en soit mérite le détour, surtout depuis sa restauration par des bénévoles, cette balade vaut surtout pour sa vie sur Digne et les collines proches. Le chemin se trouve près du cours de tennis  après le camping en sortant de dignes et en allant vers les thermes. Balisage jaune. Randonnée relativement facile à faire en famille.
Compter moins de 2 heures aller-retour, pause comprise pour atteindre la chapelle avec un panorama unique sur Digne les bains.
Lors de la balade, le paysage évolue, passant des sous-bois , de la terre noire… 

Je vous conseille de la faire le matin en été, car ainsi on est à l’abri du vent jusqu’au bout. En haut,  on ressent l’impression d’être à la proue d’un navire, en haut de la falaise qui domine à l’est le centre thermal de Digne. De plus, vous pouvez profiter de la vue tout en dévorant votre pique-nique : tables disponibles.

Les randonnées au Cousson :

Plusieurs itinéraires sont proposés. Il est bien sûr  possible de les choisir voire de les adapter selon votre condition physique et votre entraînement. 

Le sentier le plus long et le plus ardu au départ des Ferréols vous emmène au sommet avec une vue à 360°. En été, vous pourrez voir un superbe champ de lavande au sommet. 

Pour les plus sportifs la montée s’effectue par Les Oreilles d’Âne, sentier qui débute au centre-ville, aux abords de la piscine et du stade Jean Rolland.

L’office du tourisme se fera un plaisir de vous indiquer le début des autres sentiers disponibles.

Les Oreilles d’ânes à la montée nous font passer par les basses bâties du Cousson, avec déjà, à seulement 900m d’altitude un joli point de vue.
Si vous continuez, vous arrivez sur un grand chemin forestier, parfait pour récupérer.
Un petit chemin vous emmène ensuite aux hautes bâties du Cousson à 1080m d’altitude. 

Plusieurs choix s’offrent ensuite  à vous : un chemin forestier, peu pentu, à privilégier pour le retour selon moi, ou la montée classique par un beau single qui vous emmène devant une petite chapelle puis juste en dessous du sommet où vous pourriez avoir la chance d’apercevoir des chamois dans les éboulis. Vous arrivez ensuite à un passage un peu périlleux l’hiver, équipé d’une ligne de vie. Ce passage sur un éperon rocheux à 1350m est magnifique avec vue sur Digne.

S’offre à vous ensuite une superbe arrivée entre les 2 sommets, sur un replat investi par les vaches.
Le sommet du Cousson sur la gauche se fait maintenant rapidement, en 15 minutes, vous arrivez à l’altitude de 1516 m. Souvent venté, le sommet offre une vue à 360 degrés sur le massif du Dévoluy au nord, l’Estrop à l’est, le ciron et le plateau de Valensole au sud, la sainte-baume, Ste victoire, Manosque, le massif de Lure à l’ouest, et même le Mont Ventoux


Une petite redescente sur vos pas vous emmène au sommet secondaire du Cousson à 1512m, la montée est courte mais sèche. Avant cette montée, vous pouvez observer sur la droite, au niveau du départ du PR direction « virage de la Bresse », le trou Farnès, petite cavité naturelle, méconnue.
Au sommet secondaire, vous longez la crête et arrivez à la chapelle du Cousson, équipée d’une petite cloche et d’un cahier de visite. Certains ont signalé une marmotte, installée à l’est de la chapelle, au-dessus de la falaise.

Cette montée se fait en 3h00 – 4h00, 900m + auxquels il faut ajouter 100m du 2ème sommet.
La redescente est rapide, que ce soit par le même chemin ou par le chemin forestier.
La distance totale est de 19km au total avec la variante des 2 sommets plus la chapelle.
L’hiver, avec la neige et par temps clair,  panorama exceptionnel sur les Alpes de Haute Provence.

Musée de la Lavande :

Petit musée à l’étage d’une boutique du centre de Digne

Il est entièrement fait de son et lumière, assez intimiste. Idéal pour découvrir l’histoire de la lavande et du lavandin. On comprend mieux le dur labeur des agriculteurs de l’époque.
A la fin de la boutique, il est possible d’avoir un micro-cours sur la distillerie de lavande. Les senteurs sont bien marquées et on arrive rapidement à faire la différence entre la lavande fine (dit vraie) et le lavandin.
La boutique est petite mais suffisante avec les produits locaux. Les parfums sentent extrêmement bon. 

Belle découverte pour un petit prix (5,5€ l’adulte et gratuit pour les enfants)

Crypte archéologique de Notre dame :

Une crypte à découvrir et très bien aménagée. Tout est expliqué sur les panneaux informatifs. Il est bon de prévoir une petite veste car il y fait frais, comme dans toutes les cryptes. Elle se situe en dessous de Notre Dame du Bourg et est parfaitement. aménagée. En fait, on découvre le sous-sol bien éclairé.

Visite originale. A évitez cependant si vous avez une tendance claustrophobe en dépit de son bon éclairage.

Et pour vous remettre de toutes vos émotions :

Un petit tour à la Boîte à Biscuits :

Pour un brunch délicieux et complet, avec des brioches savoureuses et de vrais chocolats chauds. L’accueil est chaleureux et en fait une expérience à renouveler. Un cadre tout en douceur.

Conclusion Provisoire sur Digne les Bains


Rien que d’avoir écrit cet article m’a redonné envie de repartir me balader dans la ville de Digne et ses alentours. Si vous connaissez d’autres lieux ou activités à ne pas rater à Digne, merci de les ajouter dans les commentaires.

Merci à vous !


Image par défaut
Solange

Nous voyageons depuis des années en couple autour du monde. Nous avons l'âge de nos rêves.
Le temps nous appartient et nos voyages s'étirent à notre gré
Rejoignez-nous sur notre profil Google+ Seniors en vadrouille
Google+

Publications: 279

21 commentaires

  1. Je suis déjà conquise par la personnalité d’ADN mais je n’ai jamais été à Digne. Une amie l’a visité et m’en a beaucoup parlé. Ton article renforce cette envie d’y aller.
    Il ne reste plus qu’à l’envisager sérieusement (il y a trop d’endroits bien à visiter).

  2. Depuis que j’ai traversé Digne sur la route vers Nice, je me suis toujours dit que j’aimerais y retourner pour prendre le temps de visiter la ville et les environs.

  3. Je ne connais ni très bien ADN, ni très bien Digne-les-Bains, alors cet article est une belle découverte ! Il faudra que je m’arrête voir tout ça un jour sur la route du sud !

  4. Alexandra David-Neel force toujours l’admiration par sa force de caractère ! Je n’aurais pas comparé Digne au Tibet, en sait-on plus sur cette ressemblance à ses yeux ?

    • C’est aussi la première réflexion qui m’était venue sur place ! Ensuite, soit on considère qu’elle souffrait de cataracte, soit plus simplement, que Digne est un lieu entouré de montagnes. Elle s’y sentait bien et ne sortait que très peu de son Nid D’Aigle. Les personnalités venaient à elle. Elle avait de grandes difficultés à la fin de sa vie pour se déplacer et ne pouvait dormir que dans un fauteuil. Ce qui ne l’empêchait pas d’écrire, d’apprendre, de méditer, etc. Alors, les souvenirs du Tibet étaient-ils si ancrés dans son cœur qu’elle eut pu les retrouver ailleurs ?
      Je ne sais pas mais la région est riche en randonnées et en points de vue sur le panorama.

  5. J’avais vu un documentaire passionnant sur Alexandra David-Néel il y a quelques années et il m’avait grandement donné envie de faire davantage connaissance avec cette forte personnalité. Je n’ai pas encore eu l’occasion de me rendre à Digne-les-Bains mais cela reste dans un coin de ma tête.

    PS : tu as quelques commentaires perso qui sont restés glissés ça et là dans ton article !

    • Merci pour la remarque. je viens de faire les corrections. Visiter le Nid d’Aigle reste une des expériences les plus fortes de mes voyages.

  6. Je connais très bien la région de Dignes, une très belle ville et région des Alpes de Haute Provence. Par contre je n’ai jamais eu l’occasion de visiter le Nid d’Aigle, la maison d’ADN. Je note pour une prochaine fois.

  7. ah, Alexandra David Neel, elle m’a fait rêver ado, j’ai lu tous ses livres. Ma passion de l’Asie vient d’elle… et dire que je n’ai jamais visité se maison. Avec ton guide, j’ai des arguments pour en plus aller faire de belles randos dans le coin.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

PHP Code Snippets Powered By : XYZScripts.com