Gero Onsen, l’incontournable village aux mille onsens (ou presque)

 

C’est grâce à une brochure découverte à l’office du tourisme du Japon à Paris que j’ai découvert Gero Onsen. Vous le savez peut-être mais les onsens sont un des attraits principaux du Japon à mes yeux. Si vous vous posez des questions sur les onsens, relisez cet article écrit il y a un certain temps mais toujours d’actualité. Alors une ville ayant le mot onsen devait être sur mon parcours.

GERO ONSEN

Généralités

Les onsens sont des sources thermales (très) chaudes et naturelles au Japon. Les Japonais les fréquentent par hygiène bien sûr mais surtout pour leurs vertus thérapeutiques. Autrefois, les médecins préconisaient des cures de onsen pour soigner différents maux. Ce n’est pas très différent en France avec les cures thermales aux vertus reconnues et remboursées en partie par la Sécurité Sociale.

On en trouve un peu partout dans ce pays, avec toutes sortes de qualités médicales et dans des paysages très différents. Certains sont plus réputés que d’autres, que ce soit pour leurs bienfaits ou leur cadre exceptionnel.

Légende

Toute ville, tout village, tout lieu-dit au Japon possède une légende originelle. Gero Onsen ne déroge pas à cette règle. Le Bouddha de médecine, déguisé en aigrette blessée, se trempa dans la rivière Hida et guérit. Les villageois furent ainsi informés des qualités curatives et bienfaitrices de cette eau. On trouve maintenant des symboles d’aigrettes un peu partout dans la ville. On peut voir également des grenouilles. Pas de légende là-dessous. En japonais, le croassement de la grenouille ressemble à la prononciation de Gero.

Gero Onsen

Cette ville est considérée comme une des trois destinations phare en matière de onsen et ce depuis le Xième siècle de notre ère. Elle est située en pleine montagne, ce qui lui confère un attrait supplémentaire. Ses eaux sont réputées améliorer la qualité de la peau, détendre les muscles et soulager les articulations. La température naturelle de sortie de l’eau est d’environ 45°. Oui, c’est chaud.

Il est possible d’acheter à l’office du tourisme un Pass valable 6mois qui vous autorise à tester trois onsens différents dans la ville. Le choix est difficile car 22 hôtels-onsens participent à cette opération. Pensez que d’autres refusent d’y adhérer et vous aurez une idée du nombre de onsens dans cette petite ville de 36 000 habitants. Et il existe même des onsens en plein air en bord de rivière, gratuits mais exposés aux regards des passants. Il est alors ici obligatoire d’avoir son maillot de bain sur soi.

J’ai failli oublier de vous parler des onsens de mains ou de pieds. Ils sont gratuits et répandus un peu partout en ville. Demandez un plan à l’office de tourisme proche de la gare. Le personnel est compétent et agréable. Et il parle un peu anglais, ce qui est rarement le cas au Japon.

Une fois le Pass en main, que vous pourrez ramener en souvenir chez vous, élisez les onsens de votre choix en étant très attentif aux horaires. Certains en effet n’ouvrent aux personnes extérieures à l’établissement qu’une heure par jour. Vous n’aurez pas de photos de l’intérieur des onsens car il est interdit bien sûr d’y entrer avec un appareil photo ou un téléphone.

Les onsens

Voici mes tests du moins bien selon mes critères au meilleur :

Yuroshimakan :

Situé au-dessus d’un très joli temple dont je vous parlerai plus loin, il domine la ville. On m’a expressément recommandé ce onsen à l’Office du Tourisme pour son cadre. Oui, il est fonctionnel. Les produits nécessaires à vos ablutions pré-onsen sont à votre disposition. La vue est sympathique mais sans plus. Evitez de trop vous approcher des baies vitrées pour mieux voir car vous pouvez être vu de la route.

Cure Garden Open-air Bath:

Le seul choisi totalement au hasard sur la seule foi de son nom : bain en plein air ! Et ma plus jolie surprise. Si vous passez par ici, ne le ratez pas. La moitié du bain est à l’air libre. La pluie qui tombait ce jour-là rendait l’expérience plus amusante encore. De plus, à votre disposition, en plus de la piscine entourée de rochers, se trouvent un sauna et des bassins d’eau de différentes températures. Je me suis amusée à passer de la piscine à 43° à celui d’eau très fraiche plusieurs fois. Effet de vaso-dilatation et vaso-constriction assurés.

Shirasagi-no-yu :

Si la qualité des services au Japon est de règle excellente, il y a des exceptions qui doivent vous faire garder votre vigilance.

Accueil peu agréable, pas de produits pour se nettoyer avant. J’ai été obligée de retourner quémander savon et shampoing à l’accueil (payants). Pas de cadre exceptionnel, piscine classique. Vraiment à éviter.

Dernier conseil

Restez mouillé ! Il est en effet conseillé, pour tirer tous les bienfaits de l’expérience, de très peu se sécher après la dernière trempette pour laisser à votre peau toutes les vertus de l’eau thermale.

Que voir à Gero onsen

Entre deux bains, il est toujours bon de pouvoir s’occuper intelligemment. Voici quelques lieux à ne pas rater dans cette ville et aux alentours.

Temple Onsenji :

Situé sur un flanc de montagne, dans la partie haute de la ville, vous l’atteignez après avoir gravi 173 marches étroites et hautes, une caractéristique des temples japonais. Il vaut le déplacement par la vue sur les alentours, la montagne environnante mais aussi par ses qualités intrinsèques. Il abrite le Bouddha de la médecine, qui, le premier, a guidé les villageois vers ces eaux médicinales. Et comme j’ai eu le plaisir de le visiter en automne, je n’ai pu manquer de remarquer les 80 érables flamboyants qui l’entouraient.

Maisons Gassho

Uniquement pour ceux n’ayant pas pu se rendre à Shirakawago. Ici sont rassemblées quelques maisons de type Gassho. Je vous renvoie à l’article sur ce sujet.

Gandate park

(pas d’accès par transport en commun)

Situé à une vingtaine de kilomètres de la ville, c’est un régal pour les promeneurs, des débutants aux plus expérimentés. Si les balades niveau débutant sont gratuites, il est obligatoire d’être guidé pour celles niveau intermédiaire et avancé. Certaines parties sont de l’escalade, tout simplement. Je me suis arrêtée à trois trajets pour débutants. Je vous conseille donc Mitsudaki, Sennindaki et Neonotaki. Vous pourrez admirer la montagne, des cascades, des ponts suspendus et des cloches pour éloigner les ours. Non, je ne plaisante pas. Ce parc, accessible seulement aux voitures particulières, est peu fréquenté par les touristes, ce qui le rend à mes yeux encore plus attrayant. Si vous vous sentez le courage de réaliser TOUTES les randonnées proposées, vous pourrez observer 216 cascades. Bonne marche !

Conclusion provisoire

Voilà, vous connaissez presque tout sur Gero Onsen et ses environs. La semaine prochaine, je vous emmène visiter quelques pépites entre Gero Onsen et Nara.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

* * Cette case à cocher est obligatoire

*

J'accepte

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.