Mary Wesley

Le vendredi, on lit : Mary Wesley et son « sucré, salé, poivré »

Le livre du vendredi

car, le vendredi, on lit !

lecture

Sucré, salé, poivré

de Mary Wesley

Ce vendredi, je vous propose un voyage dans une destination que j’adore,

littérairement parlant,

la Grande-Bretagne.

Mary Wesley

Je vous emmène découvrir

la charmante et très anglaise

Mary Wesley,

une vieille dame comme seules les Îles Britanniques peuvent les élever

 

Mince. Une proposition de livre gentillet, politiquement correct ? Vous que lisez cette rubrique dans l’espoir de dénicher une perle, un auteur oublié à la réputation sulfureuse, tomber sur cette écrivaine de bonne famille, bien-pensante par habitude et vous commencez à pester contre moi.

Non, continuez à lire cette rubrique

Fidèle à mes habitudes, je ne parle que d’auteurs aimés, voire adulés. J’ai découvert il y a quelques années au détour d’un rayonnage de médiathèque ce livre aussitôt jeté dans ma besace (mon caddie à bouquins, préciserait Monsieur Senior).

Et quelle pépite !

Mary Wesley a débuté sa carrière d’écrivain à 70 ans. Pour écrire, estimait-elle, il fallait avoir vécu. Née en 1912 près de Windsor, elle a vécu en France, en Italie et en Allemagne. Elle fut mariée, infidèle, divorcée… faits scandaleux pour une femme de son milieu à cette époque. Elle a appartenu au MI 5 ou Intelligence Service. Elle a d’ailleurs été nommée Commandeur de l’ordre de l’Empire Britannique.

Plus sur sa vie ? Vous maitrisez la langue de Shakespeare ? Parfait

Trame de ce roman :

Sucré, salé, poivré

Hébé, jeune anglaise de – très – bonne famille, enceinte à seize ans, a tout quitté pour éviter un avortement. 13 ans plus tard, elle vit seule avec son fils. Officiellement  cuisinière pour vieilles dames fortunées,  elle mène une seconde activité professionnelle plus lucrative.

Hébé mène sa vie comme elle l’entend. On croirait qu’elle a été épargnée par les préjugés sociaux et c’est un plaisir de l’imaginer vivre. Ses amis déploient les mêmes qualités qu’elle, au contraire des fâcheux d’excellentes familles de Londres où Hébé exerce ses multiples talents.

Un homme tombe amoureux de cette dame tranquille et de ses charmes. La transformera-t-il ? Et vous, que préféreriez-vous ?

Une fin heureuse ou une fin morale ?

Critique :

Ce fut mon premier livre de Mary Wesley. Drôle, impertinent, surprenant, ironique, cinglant parfois, il avait tout pour me plaire. Et il m’a enchanté. Tout un univers s’est dessiné sous mes yeux, une autre manière de vivre et de penser également.

Son point de vue de l’auteur sur la vie révèle un œil aiguisé et critique sachant disséquer  les particularités de ses compatriotes britanniques avec humour, en maniant l’ironie et la compassion. Je sais que certains critiques anglais ont qualifié son style de « Jane Austen avec du sexe ».  Bien trop réducteur pour moi, comme si les critiques oubliaient que le plus choquant ou le plus surprenant résidait dans les jugements et les a priori sociaux.

Femme libre, Mary Wesley a fracassé le stéréotype de la vieille dame à particule, confite dans la société anglaise. Sa conversation devait être passionnante.

Et voici donc un livre intelligent, drôle, surprenant.

A découvrir si ce n’est pas déjà fait !

 Autres  titres de l’auteur 

  • La resquilleuse
  • La pelouse de camomille
  • Rose sainte Nitouche
  • Les raisons du cœur
  • La mansarde de Mrs K
  • Une fille formidable
  • Un héritage encombrant
  • Une expérience enrichissante
  • Souffler n’est pas jouer
  • Sans avoir l’air d’y toucher

Je crois que certains de ses romans n’ont pas été encore traduits en français. Prévenez-moi dès leur parution.


Un vrai livre du vendredi !

Et vous, connaissiez-vous Mary Wesley ?

Parmi ses romans, lequel emporte votre préférence ?

Lequel est à votre sens le plus amoral ?

 

Sur ce, à vendredi prochain pour une nouvelle critique littéraire !

livre du vendredi

Bonne découverte, bonne réflexionet bonne lecture !

 Pensez à cliquez sur j’aime, à nous suivre sur Facebook, Google+ et Twitter

et à partager si vous avez apprécié l’article,

Geste gratuit pour Vous et gratifiant pour nous !

« Il faut voyager et limer sa cervelle contre celle d’autrui »

 Montaigne

Image par défaut
Solange

Nous voyageons depuis des années en couple autour du monde. Nous avons l'âge de nos rêves.
Le temps nous appartient et nos voyages s'étirent à notre gré
Rejoignez-nous sur notre profil Google+ Seniors en vadrouille
Google+

Publications: 279

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

PHP Code Snippets Powered By : XYZScripts.com