Les Alpes japonaises avec Kamikochi et Matsumoto

Matsumoto et Kamikochi

Les Alpes Japonaises

Après vous avoir promené de Tokyo à Nikko, je vous entraine maintenant dans les Alpes japonaises. Oui, je reste au japon, pour encore plusieurs semaines, donc, beaucoup d’articles et de photos à vous partager. Partons à la montagne.

Les Alpes sont un type de massif que l’on retrouve dans plusieurs pays montagneux, que ce soit la France, bien sûr, mais aussi en Nouvelle Zélande, en Australie ou au Japon.

Cette semaine, découvrons Matsumoto et Kamikochi

Kamikochi

Ce lieu est accessible à partir de fin avril jusqu’au 15 novembre. En dehors de cette période, la neige omniprésente réduit les possibilités d’accès. De plus, pour réduire l’impact écologique, vous ne pouvez y accéder qu’en bus ou en taxi. Pour le bus, je comprends, mais pour le taxi ? Payer plus cher réduirait-il la facture carbone ? Senior me suggère que les taxis sont partagés, question de coût mais je ne suis pas convaincue.

Kamikochi veut dire « là où les dieux sont descendus », ce qui prouve qu’ils avaient bon goût. C’est un excellent point de départ pour de belles randonnées, quelque soit son niveau, à la journée ou sur plusieurs jours. Des hébergements qui vont du simple camping à l’hôtel de luxe sont disponibles sur place.

Je me suis contentée d’une journée sur place. Et il y a de quoi voir. Descendez du bus à Taisho Pond et marchez tranquillement en direction du centre des visiteurs. Comptez une heure de marche, pauses photos incluses. En chemin, remarquez la couleur de l’eau que vous longez. Par endroit, elle parait rouge, effet dû à une concentration de fer et de manganèse.

Si vous venez en haute saison, pensez à réserver votre heure de retour dès votre arrivée. Bizarre je sais. Sinon, vous prenez le risque de rentrer en taxi… Les prix sont bien différents. De 20 euros environ à plus de 150…

Continuons notre promenade et admirez le Kapa Bridge, symbole de Kamikochi. Prenez une boisson chaude, un snack si besoin et c’est reparti.

Petit aparté : j’ai été surprise de l’harnachement des Japonais : chaussures de randonnée de haute montagne, triple doudoune style bibendum, bâtons de marche… le tout paraissant neuf, totalement neuf. Moi qui me croyais une référence en matière de frilosité Ou alors, ils ne connaissent pas les vêtements techniques d’une marque très connue en France et pas chère. Autre détail qu’ils possèdent presque tous : la clochette anti-ours. Il parait que son tintement éloigne les ursidés. Ça doit fonctionner parce que je n’en ai pas vu un seul. Vous pourriez me dire que cet objet éloigne aussi les éléphants et les licornes puisque je n’en ai pas vu non plus.

Je suis repartie pour Myojin Pond. Le temple qui joint l’étang n’est pas indispensable. Mais ne ratons pas Myojin Bridge, pont plus joli selon mes goûts que le célèbre Kappa bridge. J’ai continué la balade quelques kilomètres plus loin car j’espérais voir des macaques sauvages. Il parait que des groupes vivent dans les environs. 6 kilomètres plus loin, j’ai fait demi-tour, un peu déçue pour les singes mais ravie des très jolies vues sur le paysage.

Et c’est sur le chemin du retour, à moins de 2 kms du centre pour visiteurs qu’une famille de macaques s’est installée sur le chemin, s’épouillant tranquillement sans se déplacer pour faciliter le passage des touristes. Un bébé macaque a attiré moult « Kawaï » (mignon) de la part des japonaises de tout âge. Et c’est vrai qu’il était craquant, libre et joyeux sur son territoire. Personne n’a tenté de les toucher, ni de les nourrir. Et aucun singe n’a quémandé ni essayé de chiper de la nourriture. Ce qui me rassure sur la capacité des touristes présents à respecter la consigne : laisser les animaux tranquilles !

Et c’est quand la nuit a chassé le jour que j’ai rejoint mon bus pour rentrer sur Matsumoto. Des bus express font la navette entre Kamikochi et Matsumoto.

Une très jolie découverte, Kamikochi.

Matsumoto

La première attraction de Matsumoto est son château dit Aile de Corbeau en rapport avec la couleur de ses murs. Il se reflète avec beauté dans ses douves. D’aspect impressionnant, il n’a jamais été au cœur des combats, son rôle étant plutôt dissuasif. Il n’a jamais servi de lieu d’habitation, ne possédant ni cuisine, ni latrines, ni aucun minimum pour y vivre. Comme de nombreux châteaux de la même époque, il a été construit en bois (plus rapide) recouvert de plâtre très épais pour limiter les risques d’incendie.

L’intérieur se visite. Son intérêt principal réside dans les escaliers TRES raides, aux marches très espacées.

Son billet d’entrée vous permet de visiter le musée municipal qui est à deux pas. Ne négligez pas cette visite, elle se révèle fort instructive. Vous pourrez y admirer la ville telle qu’elle était à l’époque du château avec les trois remparts successifs : le château puis la ville haute, enfin la ville basse.

Cette ville a un projet intéressant : éduquer ses habitants pour que chacun prenne connaissance de l’histoire et de la culture de sa région.

La seconde attraction est le parc des Alpes. Il est grand, bien sûr. Si vous voyagez avec vos enfants, ils vont adorer les espaces jeux. Moi, je me suis baladé les yeux grands ouverts. Entourée par les montagnes, je ne savais plus où regarder. Selon l’inclinaison du soleil, les arbres s’enflammaient tantôt d’un côté, tantôt de l’autre.

Conclusion provisoire :

Et voilà, c’est tout pour cette semaine. Lundi prochain, nous restons dans les Alpes japonaises mais nous partons un peu plus haut.

En attendant, excellente semaine à vous. Et si le sujet vous interesse, je vous conseille de jeter un oeil sur ma chaine Youtube. depuis début février, les vidéos sont consacrées au Japon. Bon visionnage.

https://www.youtube.com/seniorsenvadrouille2/?sub_confirmation=1

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

* * Cette case à cocher est obligatoire

*

J'accepte

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.