Les clochers tors, une spécialité française méconnue

Vous le savez sans doute, ou vous le découvrez avec cet article, j’ai l’immense plaisir et honneur d’appartenir à la Confrérie des blogueurs voyages #EnFranceAussi. Chaque mois, un thème est proposé et celui d’octobre est « les clochers ». Je vous invite d’ailleurs grandement à aller découvrir les nombreux articles écrits sur ce sujet par l’équipe #EnFranceAussi.

Les clochers

Quoi de plus banal qu’un clocher ? Chaque village en compte au moins un ! D’ailleurs, si on s’en tient aux chiffres, la France compte plus de 45 000 églises paroissiales, sans compter les chapelles privées, les abbayes et autres lieux de culte, ce qui ferait une moyenne de 2.5 clochers par commune ! J’aurai pu vous parler de tel ou tel clocher, cher à mon cœur ou m’ayant ébloui lors d’une visite comme je l’avais fait pour le village de Chalencon. J’aurai pu vous parler de querelles de clochers dont les romans régionaux sont friands comme le Souper de neige de Jean Anglade. Aujourd’hui, je vais vous emmener en promenade en Anjou, plus précisément en pays baugeois pour y admirer les clochers tors.

Késaco un clocher tors ?

Les bases

Reprenons les fondamentaux. Un clocher est un élément architectural d’une église ou d’un château, généralement en forme de tour plus ou moins élevée, éventuellement une tour seule, qui héberge une ou plusieurs cloches’’

Plus la ville est riche, plus elle peut ou pouvait se permettre de fantaisie dans la construction des églises et plus précisément des clochers.

Les petites villes, pour des questions de budget, choisissent plutôt des clochers à deux ou quatre pans. 

Après une remarque de Seniors sur les pans, un clocher à deux pans est un clocher classique comme dans les petits villages. Un pan est une pente. Deux pans correspond à ceci :

Les grandes villes font appel à des artisans spécialisés et se lancent dans des travaux de grande envergure comme la cathédrale d’Albi ou Notre Dame de Paris ou encore la basilique de Fourvière à Lyon. 

Ce sont principalement des villes moyennes qui choisissent des églises présentant des clochers octogonaux. Et c’est de ces clochers à huit pans dont je vais vous parler. Vous saurez aussi pourquoi on parle de clocher tors (du verbe tordre)

Pourquoi un clocher tors

En effet, comment un clocher d’église, banal au demeurant, est-il désigné sous le nom de clocher tors et comment cette torsion se produit-elle ?

Volontairement 

C’est rare mais c’est arrivé.  Pour démontrer la capacité des maitres d’œuvres et artisans, pour exécuter une prouesse architecturale. En Maine-et-Loire, par exemple, cela a été réalisé ainsi à Mouliherne et à la Fontaine Guérin.

Accidentellement

Comme son nom l’indique, un clocher octogonal comprend huit pans, et, au centre de cette pyramide, une poutre maîtresse verticale, le poinçon, supporte le poids de l’ensemble. En cas d’affaissement inégal de la charpente, il y a vrille du clocher, les côtés devenus inégaux entraînant ce phénomène de compensation.

Le séchage irrégulier des bois de charpente provoque des déformations irrégulières. Dans certains cas, et notamment pour un village de l’Allier, Saint Bonnet De Four, le fait est prouvé.

D’autres clochers ont donc pris cette forme hélicoïdale sans vraiment le vouloir. Comment le reprocher à celui de Fougeré, qui, en 40 ans, s’est quand même pris quatre tornades reconnues catastrophes naturelles ? Il y a évidemment de quoi vous tournebouler la tête et le clocher ! 

Par magie ou sorcellerie…

Nous sommes en France et rien ne vaut une bonne histoire pour expliquer l’inexplicable. En furetant ici et là, j’ai découvert des faits bien étranges : 

Pourquoi est-ce que le pays Baugeois, à lui seul, comprend six églises au clocher vrillé ? Catastrophes naturelles ? Que nenni !

La main du diable aurait-elle tordu les six clochers tors que compte le Baugeois ? Fontaine-Guérin, Fougeré, Le Vieil-Baugé, Pontigné, Mouliherne et Jarzé, ils rythment le paysage et sont tous différents : penché, plus haut que les voisins ou tournant en sens inverse… 

Deux jumelles se sont mariées le même jour et lors du baiser sur le parvis de l’église du vieux Baugé, leurs maris, croyant embrasser leur femme se sont trompés de jumelle et le clocher s’en tordit de rire.

Et il en existe bien d’autres encore comme la mule du Roi d’Angleterre dont le coup de patte vaut celle de la mule du Pape. Si vous en connaissez, pensez à les ajouter en commentaires. C’est un régal de découvrir les légendes qui entourent un lieu. Comme celles concernant Saint Santin par exemple. 

 
Balade au pays des clochers tors

S’il en existe une trentaine en France, 6 se situent en pays baugeois. C’est la région française où leur concentration est la plus importante.

  1. L’église Saint-Étienne de Fougeré
  1. Le clocher de l’église de Saint Denis de Pontigné est doté d’une spirale parfaite. Son clocher est vrillé d’un quart de tour. Profitez de votre passage pour admirer dans l’église des peintures murales et des sculptures.   
  1. Celui de l’église Saint-Cyr et Sainte-Julitte de Jarzé.
  1. Il y a également le clocher de l’église Saint-Martin de Vertou de Fontaine-Guérin, qui tourne de gauche à droite, contrairement aux autres.
  1. L’église Saint-Germain de Mouliherne bâtie au XIIe siècle XIIième siècle, son élaboration a apporté des innovations architecturales du domaine royal avec les traditions de l’Aquitaine. 
  1. Le plus réputé est le clocher de l’église Saint-Symphorien du Viel-Baugé. Construit en 1856, donc plutôt récent en termes d’architecture, l’édifice représente pourtant le mieux les modifications encourues par les clochers au fil des siècles. Avec sa charpente torse et son sommet courbé, c’est le plus tors du Baugeois. Je vous conseille de commencer ou de terminer votre balade dans cette région par ce clocher car il est à la fois tors ET penché. 

Y aller 

Le pays baugeois est situé à une quarantaine de kilomètres à l’est d’Angers. Voilà encore un endroit à visiter sans son passeport. Pour vous y rendre, je vous conseille la voiture, le vélo (plutôt électrique) pour ménager vos mollets ou la marche à pied si vous séjournez dans la région.

Conclusion provisoire

En France, même en gardant le nez en l’air, il est facile d’apprendre et de s’émerveiller. Pensez à lire les articles sur le même thème de mes collègues du collectif  #EnFranceAussi. 

Je les ajouterai en lien en dessous au fur et à mesure de leur parution.

10 comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

* * Cette case à cocher est obligatoire

*

J'accepte

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

PHP Code Snippets Powered By : XYZScripts.com