Les z’aventures de Senior et Seniorette à Nelson

Saison 1 Episode 9 au Nord du l’ile du Sud

(côté Nelson)


 

Changement d’île, certes mais pas de pays. Nous n’en avons pas encore terminé avec la Nouvelle Zélande. Beaucoup de pérégrinations, de découvertes, de rencontres et de visites nous attendent. Nos attentes ? Encore plus de nature, de rencontres animales, de paysages fabuleux…

 

La région du Nord de l’île du Sud est la région la plus ensoleillée de Nouvelle Zélande. Donc, si votre visite est programmée pendant l’été austral, vous risquez d’avoir très chaud, du moins, jusqu’à ce que le soleil se planque. Investissez dans de la crème solaire très haute protection, dans des lunettes de soleil et dans un chapeau à large bord. Pensez pratique : sandales ou pieds nus. J’ai même testé un restau plutôt haut de gamme en mode barefoot. Pas de problème, même pas de regard contrarié. Alors, que voir, que faire dans cette partie de Nouvelle Zélande ?

 

  1. La traversée du Strait (Wellington-Picton) avec le ferry Interislander: les 3 heures de traversée équivalent à une croisière sans les à-côtés pénibles tels que les pourboires obligatoires et les activités à heure fixe. Sans débourser plus que le prix du ferry (pensez à réserver en haute saison, facile par internet), vous vivrez une véritable expérience et verrez des paysages extraordinaires. Je me suis imaginée à bord d’un bateau de croisière dans le Nord de la Norvège (la chaleur en sus) au vu du panorama depuis le pont du ferry. Vous pourrez aussi y boire un café, y manger. Pour info, les prix pratiqués sont vraiment très raisonnables. Vous ai-je déjà parlé de la vue ? Oui ? C’est époustouflant. (Il va me falloir acheter un stock de synonymes car ici, je deviens un peu juste).DSC09494

 

  1. Picton: petite ville charmante que l’on traverse à la sortie du ferry. Elle mérite plus que ce passage exprès. Pas mal de randonnées pour tous les niveaux et toutes les durées. Plus d’infos par ici.

Si vous êtes en voiture, ne ratez pas la route touristique et panoramique qui relie Picton à Nelson par Queen Charlotte Road. Tout comme nous, vous serez à court de « Oh ! » « Ah ! » « Wouah ! ».

DSC09559

 

  1. Kaikoura: incontournable. Là où vous serez certains de croiser des colonies de phoques posés sur les rochers à quelques mètres à peine de la route. D’ailleurs, levez le pied, ne prenez pas le risque d’en blesser un. Vous verrez aussi une flopée d’oiseaux marins. En bateau, vous pourrez avoir la chance de voir dauphins et baleines pas loin de votre embarcation. Pensez tout de même qu’apercevoir de très loin le souffle d’une baleine suffit pour que le prestataire considère que sa mission est remplie. Jolie petite ville remplie de backpackers et de magasins de souvenirs et de pubs et…

DSC09969

  1. French Pass : une route puis une piste en excellent état serpente à flanc de montagne, dans le brouillard dans notre cas. Puis, quasi à l’arrivée, le brouillard se dissipe pour nous offrir une vue fabuleuse. Petite balade-point de vue, spécialité de Nouvelle Zélande et vue sur de petits maelstroms fascinants. Ne prenez pas peur à la vue de la piste que vous allez partager avec des moutons : l’arrivée en vaut vraiment la peine. E vous pourrez comme nous vous demander comment les navigateurs réussissaient à passer.

 

  1. Nelson : charmante ville point d’entrée dans le parc d’Abel Tasman. Beaucoup de touristes et de backpackers. Tous les samedis matin, vous avez droit à un marché biologique avec des produits jamais vus encore par nous et où j’ai pu honorer une commande spéciale de pure laine vierge en pelote.DSC00287
  1. Charlotte Road track : envie d’une bonne balade ? Elle est là pour vous. Mais elle grimpe. Vraiment. Nous en avons parcouru une partie et Senior gambadait devant, alors que j’expirais tous les dix mètres.

Les rencontres marquantes ici auront été ici plus particulièrement un monologue avec une néo-zélandaise qui m’a raconté sa vie en moins de 30 minutes. Ma concentration pour la comprendre (anglais rapide plus accent) a été telle que je n’ai rien retenu du chemin et que nous nous sommes perdus au retour. Et la seconde, une rencontre avec un jeune haut-savoyard de 20 ans, venu pour une année au moins en Nouvelle Zélande avec qui nous avons eu une conversation captivante sur le sens du voyage. Puissent ses futures rencontres à la hauteur de ses espérances.

Et de l’autre côté de Nelson ? Revenez la semaine prochaine, on vous dira tout.

N’hésitez pas à laisser vos commentaires, vos remarques pour améliorer nos articles, ce que vous avez aimé ou moins aimé.

smiley

Pensez à cliquer sur “J’aime”, à nous suivre sur Facebook, Twitter et Google+

et à partager l’article si vous l’avez apprécié.

Ce petit geste est gratuit pour vous et gratifiant pour nous.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :