Les z’aventures de Senior et Seniorette à Wellington

Saison 1 Episode 8 Wellington

Afficher l'image d'origineNous voilà arrivés tout en bas de l’Ile du Nord et avant de franchir le Strait en ferry (appellation locale pour le bras de mer qui sépare les deux îles), partons à la découverte de Wellington et de ses environs.

Vous êtes amateurs de vin ? Ne souriez pas, les vins néo-zélandais soutiennent la comparaison avec leurs homologues européens (et même de la France  précise Senior). Allez faire un tour dans la région de Martinborough, un peu au Nord de Wellington. Pas mal de propriétés vinicoles n’attendent que vous et votre palais (accessoirement, votre portefeuille).

Envie de voir des colonies de phoques ? Plusieurs agences proposent un tour en 4X4. Le prix peut sembler prohibitif. (125 dollars néo-zélandais par personne soit 90 euros environ). A vous de voir le prix que vous accordez à ces bestioles. Si vous poursuivez par l’Ile du Sud, gardez vos sous, d’autres occasions se présenteront.wellington

Pensez que plus vous descendez sur la carte, plus les températures se rafraîchissent. Pulls, vestes et écharpes ne sont pas là pour la décoration. Le vent à Wellington ne se laisse jamais oublié. Le surnom de la capitale ? Windy Welly. Donc, pensez aux vêtements chauds.

Que faire à Wellington :

  • Te Papa Museum: incontournable musée sur la culture néo-zélandaise, abordant les origines du peuplement de l’île par le débarquement de Mélanésiens jusqu’à celui des européens et l’évolution actuelle. Rien n’est oublié, ni les Arts, ni la Culture, ni la vie quotidienne, ni même la Terre et ses soubresauts. Ce musée est particulièrement bien fait par l’ensemble des connaissances rassemblées, certes mais aussi par la mise en valeur, par le fait que la manipulation est encouragée, que chaque étage présente des ateliers d’application. On peut y passer des heures et c’est ce que nous avons fait. Il nous évoque la qualité des musées anglais, leur aspect didactique et attirant. Aller visiter un musée n’a rien d’un pensum réservé à quelques intellectuels (à la française). Vous pourrez aussi tester la sensation d’un tremblement de terre bien que je sois persuadée qu’en vivre un vrai de même magnitude est bien plus fort.

 

wellington cuba street

  • Cuba Street : la rue jeune, vivante et animée de Wellington. Envie de faire les boutiques, de croquer un morceau, d’écouter de la musique dans la rue ? A vous Cuba Street. L’ambiance est plaisante et cosmopolite et j’y ai même entendu parler espagnol dans une boutique. C’est dans cette rue que vous trouverez des idées sympas pour des cadeaux pour vos proches ou que vous prendrez un café en terrasse, soigneusement emmitouflé dans votre polaire. Oui, je reste frileuse.

 

  • Mount Victoria : un peu de grimpette ne vous effraie pas ? Même, vous en avez envie et vous serez enfin réchauffé ? pas de soucis. Il est facile de grimper la courte distance qui vous sépare du centre-ville du Mont Victoria. Bon, vous pouvez aussi y aller en voiture mais c’est de la triche. De là, vous avez une vue à 360° sur Wellington, la capitale de la Nouvelle-Zélande (Oui, j’avais oublié de la placer, cette info). Et des panneaux vous informent de la température ressentie en fonction de la force du vent. Intéressant et bien fait. Et je comprends pourquoi je suis gelée bien qu’en plein été néo-zélandais.

 

  • Wellington Cable car : ou téléphérique pour les Français. Amusant et pas très cher. Pour moi, son vrai intérêt est de vous amener au jardin Botanique dont nous parlerons ensuite. A faire si vous êtes passionné par les téléphériques ou si vous avez raté celui de Montmartre. Petit musée gratuit au sommet pour passionnés de mécanique. Autre intérêt : il vous évite une bonne grimpette. Mais redescendez à pied par le jardin botanique en suivant la direction de la roseraie (bien indiqué). Facile et agréable.

 

  • wellington
  • Wellington Botanic Garden : très joli jardin avec roseraie qui vous permet de vous balader parmi des espèces endémiques, d’admirer des arbres gigantesques et de prendre l’air au cœur de la capitale. Petit restau bondé au sein de la roseraie. Y faire une halte si vous êtes en manque de foule et de bruit. Sinon, passez votre chemin après avoir regardé les roses en plein air et les fleurs dans la serre.

 

  • Zéalandia : pour découvrir les espèces endémiques de Nouvelle Zélande comme le célèbre kiwi avec la possibilité de balades nocturnes. Très bien conçu, surtout avec des enfants.

 

  • Weta Cave : pour les amoureux du 7ème Art, ceux à qui la visite d’Hobbiton n’a pas suffi, ceux qui rêvent de s’orienter vers une profession artistique en lien avec le cinéma. D’Avatar aux films gore, du Seigneur des Anneaux à Tintin, vous allez en voir des choses. Vous y découvrirez comment sont réalisés de nombreux films après présentation des costumes, des prothèses, des effets spéciaux et des personnages entièrement créés à la main. Pour les non anglophones, petite frustration, les guides parlent vite et ne répètent pas. Feuille explicative en français peu concluante. Sinon, ne ratez pas le petit film après la visite dans la petite salle au fond de la boutique. Il dure 20 mn et est très intéressant et instructif. Autre détail : si vous venez en voiture (le prix est plus attractif), pensez qu’il peut être très difficile de se garer et que si vous arrivez en retard, vous ratez votre tour.
  • wellington weta cave

 

Rencontre particulière à Wellington : discussion passionnée et passionnante sur les Maoris, les néo-zélandais, l’Histoire et le futur avec notre logeuse néo-zélandaise concernée et impliquée dans ce thème. L’avantage de loger chez des locaux, loin de l’anonymat des hôtels ou auberges pour backpackers est qu’il permet ce genre d’échanges instructifs. Comment tenter de comprendre l’âme d’un pays sans ce genre d’échanges ?

 

Dernier épisode sur l’île du Nord. Décollage imminent pour l’Ile du Sud. Préparez vos vêtements extra chauds. Courage, nous serons avec vous. Senior menace de me rappeler à quel point je hais le froid quand je programmerai des vacances dans des pays « polaires ». Quel sadique !

Le mot de Senior :

Et oui, ne dit-on pas : « femme varie » ! Wellington est l’endroit rêvé pour s’ouvrir au genre néo-zélandais peu frileux. La capitale est aussi un très bon rappel des perversions ordinaires produites par toutes administrations dès que la population est un peu plus dense : bizutage des automobilistes, privilèges de certains… . C’est lieux communs : « Nous avons les mêmes à la maison ». Mais quel contraste avec cette belle contrée et ce peuple où on trouve encore du sens de la responsabilité individuelle et du respect collectif, qu’il s’agisse d’un objet de musée à disposition ou d’une simple rose qu’on peut toucher sans abîmer. Plus sérieusement, au Te Papa Muséum entre autre, la juxtaposition des cartes reproduisant des zones de forêts avant Maoris, avant Européens et actuelles est une bonne occasion de penser à nos enfants si ce n’est à nous même . La planète elle, elle s’en fout de nous, non ?

N’hésitez pas à laisser vos commentaires, vos remarques pour améliorer nos articles, ce que vous avez aimé ou moins aimé et votre souvenir le plus marquant du lieu dont nous vous parlons.

smiley

Pensez à cliquer sur “J’aime”, à nous suivre sur Facebook, Twitter et Google+

et à partager l’article si vous l’avez apprécié.

Ce petit geste est gratuit pour vous et gratifiant pour nous.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :