Livre du vendredi : le président du marigot de J-P Richard

Président du marigot

Le livre du vendredi

car, le vendredi, on lit !

lecture

 

Le Président du marigot

de Jean-Pierre Richard

Président du marigot

 

Richard spécialiste

Ce vendredi, je vous propose un voyage ailleurs,

Ni autobiographie ni  polar, ni anticipation,  ni bande dessinée,  ni même fantastique

Je vous propose un nouveau voyage,

au sein des relations humaines.

Partons en Afrique Noire !

Mince. Une proposition de livre drôle ? Vous aviez été surpris par le choix d‘Herbjorg Wassmo pour le vendredi d’entre deux fêtes mais vous avez été séduit. Un livre sérieux, voire déprimant mais vous avez apprécié. Vous y avez survécu

Alors, un livre humoristique, maintenant ? Vous avez évolué. En 2015, est-ce nécessaire de rire ? Ne peut-on réfléchir avec sérieux à de grandes idées philosophiques ?

Non, ne zappez pas !

Fidèle à mes habitudes, le livre dont je vais vous parler est une satire sociale, très bien écrit, avec des personnages incroyables, portant un regard aigu sur le monde, ses conventions et ses limites. Et tout ceci avec humour. Réveillez vos zygomatiques, c’est parti.

Trame de ce roman :

Le Président du marigot 

Un avion s’écrase dans la brousse, au milieu de l’Afrique Equatoriale. Rien d’extraordinaire en soi sauf que… A son bord, se trouvait le président de la République Française, la fine fleur des patrons de multinationales et quelques ministres qui n’avaient pas prévu de tomber de si haut aussi vite.
Pour les locaux, en bas, aller secourir les éventuels survivants, c’est une source d’ennuis prévisibles. Les Blancs, ils connaissent, ils côtoient mais n’ont plus envie de se les “coltiner”. Surtout un “Président” ! Trop de remue-ménage, de bruit, de touristes et pire encore le risque de perdre les subventions dont ils bénéficient en même temps que leur tranquillité. Ils décident de les laisser “se débrouiller” seuls.

Mais la brousse n’est pas un hôtel club tout compris.

Malgré l’aide discrète de Fanny, ancienne “boutique mon cul”, de son fils et de son ami, les survivants ont peu de chances de s’en tirer vivants dans ce marigot où ils sont échoués. Et les crocodiles dévorent tout, même les boites noires des avions  quand elles sont servies bien attendries.

Ce serait sacrilège d’en dire plus.  Lisez.

 

Critique :

Ce livre m’est tombé dans les bras à la suite de la lecture d’un autre roman de Jean-Pierre Richard qui m’avait amusé. Celui-ci est à mes yeux un de ses romans les plus drôles, les plus aboutis.

Bien sûr, je me suis amusée à chercher des points de ressemblances avec nos anciens ou actuels présidents de la République. Mais là ne se trouve pas le principal intérêt de ce roman. A travers le regard du jeune Dieudonné, narrateur et ami du fils de Fanny, nous retrouvons “l’élite de la nation”, celle qui nous dirige, celle qui sait et qui est incapable de survivre à quelques jours dans la brousse sans l’aide des “incultes locaux”. Qu’advient-il de ces ministres et autres VIP ? C’est un régal de le découvrir, de rire, de se dire que chacun n’a que l’importance que nous lui accordons, qu’il soit président de la République, ancienne prostituée ou chef de village.

Une vision décapante des rapports entre l’Afrique et l’Occident, entre les “petits chefs” et les “grands chefs”.

 

Un livre intelligent, intéressant, plus profond que vous ne le supposez. A découvrir si ce n’est pas déjà fait, ou à relire pour le plaisir !

Ne confondez pas les auteurs Jean-Pierre Richard et Jean-Pierre Richard. Homonymes, le premier est romancier et journaliste aguerri quand l’autre est un connaisseur averti du lien entre l’écriture et l’expérience intime du monde chez les auteurs du 19eme et 20eme siècle et cherche à retrouver le « moment premier de la création littéraire ».

 

 

 Autres  titres de l’auteur 

  • Le syndrome de Gepetto (pour les fans de robotique)
  • Un ange distrait (pour les rêveurs)
  • La vieille dame qui avait trop dansé (pour les lecteurs de nouvelles)
  • La fille tombée d’un rêve (pour les romantiques)
  • Un jardin en Enfer (pour les nostalgiques d’Herbjorg Wassmo)

 


Un vrai livre du vendredi !

Sur ce, à vendredi prochain pour une nouvelle critique littéraire !

Bonne découverte, bonne réflexionlivre du vendrediet bonne lecture !

 Pensez à cliquez sur j’aime, à nous suivre sur Facebook, Google+ et Twitter

et à partager si vous avez apprécié l’article.

 

“Le monde est un livre. Ceux qui ne voyagent pas n’en lisent qu’une page.

 Saint Augustin

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :