Petits déjeuners d’ici et d’ailleurs : les origines

Origine des petits déjeuners

petit-dejeuner-français

Chaque matin, nous respectons certains rituels : sortir du lit, nous diriger vers la salle de bains, préparer notre petit déjeuner comme partout dans le monde…

STOP ! Comme partout dans le monde ? Vraiment ?

Chaque région du monde, chaque pays possède ses rituels du matin, et surtout le contenu des petits déjeuners de ses concitoyens. Avant de continuer sur les spécificités de chaque pays, connaissez-vous l’origine des petits déjeuners ?

Origine des petits déjeuners (ou comment briller en société)

  • egyptienSenior
  • En Égypte ancienne, la traduction du premier repas de la journée est “le lavage de bouche”. Y était consommé du pain fait à base de farine de millet, d’orge, de blé ou de froment accompagné d’oignons. Miam.

Et du sable malencontreusement présent car inévitable dans ce pays d’où l’abrasion très précoce des tables dentaires.

  • zeusEn Grèce antique, il s’appelle “akratismos” et est composé de pain émietté dans du vin ou imbibé d’huile d’olive.

Un ajout parfois : olives et figues sèches.

 

 

  • Dromainu côté de la Rome antique, nommé “jentaculum”, il se compose de pain frotté d’ail, de fromage et d’un verre d’eau. Souvent, le pain est trempé dans du vin.

 

 

  • moiseLes Hébreux, quelques siècles avant J.C. (10 ou 11), mangeaient une bouillie d’orge ou de millet, de grains de blé concassés, d’épeautre additionnés de lait.

Son nom ? Le pulmentum selon les Romains.

perse

  • Partons en Perse, quelques siècles avant J.C. Au menu du petit déjeuner, viande : mouton, bœuf, chèvre, cheval ou chameau accompagnée de dattes, de pêches, de fromage frais, d’artichauts et de miel.

 

 

Ajouts d’Ailleurs dans nos petits déjeuners français

Les voyageurs au long cours ont permis l’enrichissement de nos petits déjeuners.

Comment ?

chocla

Les conquistadors rapportent du chocolat au XVIe siècle. Il faudra attendre le XIX siècle et l’arrivée du chocolat en poudre pour que sa consommation devienne populaire.

 

 

DSC05971

En 1669, Soliman Aga,  émissaire du sultan Meymet IV de l’empire ottoman, rend visite à Louis XIV et lui offre du café. Ce breuvage séduit surtout les plus riches mais lors du règne du roi Louis XV, il devient la boisson la plus consommée dans toutes les classes sociales.

Dans sa phase initale d’expansion et de mode chez les plus riches, il servait à parfumer l’haleine, consommé en grande quantité et préparé sans trop de dénaturation.

vivre sa retraite
Le thé est populaire en Chine depuis plus de 12 siècles quand il arrive en Europe au XVIIe siècle. Il s’implante fortement en Angleterre.

Sous la forme actuelle, c’est-à-dire abîmé, le transport par les clippers quoi que très rapide ne permettant pas la conservation de l’état originel, forme de consommation des pays d’origines.

 

Évolution du petit déjeuner en France

J’aurai aimé vous conter l’évolution de TOUS les petits déjeuners dans le monde mais par flemme par simplicité, je vais me limiter à l’exemple hexagonal. L’invention du petit déjeuner tel que nous le connaissons est plutôt récent. Une cinquantaine d’années plus ou moins.

gauloisLes Gaulois boivent de l’hydromel (boisson fermentée à base d’eau et de miel) et mangent du lard gras, des saucisses sèches, du boudin et du fromage avec du pain ou une bouillie d’orge avec miel, des œufs et même des fruits. Petit déjeuner complet !

Au Moyen-Age, quand on en a les moyens, on mange deux fois : en milieu de matinée (dîner) et en milieu d’après-midi (souper). Quant au repas matinal ou déjeuner, il est toléré pour les enfants, les femmes, les personnes âgées, les malades, les artisans et les paysans.

  • Médicalement, il est interdit aux gens riches. Leur constitution serait trop fragile pour le supporter, contrairement aux artisans et paysans.
  • Pour les artisans, un repas léger constitué de pain et de soupe leur permet de supporter leur activité physique.
  • Pour les paysans, c’est un véritable repas : pain, soupe certes mais aussi charcuterie, fromage et les restes réchauffés de la veille.

Au XVIe siècle, le repas matinal des artisans et des paysans se généralise. Il s’agit souvent d’un repas léger pris seul dans sa chambre. Le dîner est pris plus tard, vers 14h.

Avant le XVIIIe siècle, il est composé des céréales (pain, galette ou bouillie) et d’une boisson (eau ou vin).

Du XIXe siècle à nos jours, le repas matinal évolue selon le milieu social. Riche ? Chocolat chaud et petits pains au lait. Pauvre ? Café-chicorée avec tartines recouvertes d’une matière grasse.

Après la Seconde Guerre Mondiale, des établissements scolaires proposent des petits déjeuners pour lutter contre les carences alimentaires fréquentes durant ces années.

Les Trente Glorieuses (période de forte croissance économique de 1945 à 1973) voient l’avènement de la télévision et de la publicité. L’idée des bienfaits de ce repas matinal s’ancre dans les mentalités françaises, qu’il soit composé de café, de chocolat chaud ou de thé, de céréales venues des États Unis. Les industriels s’emparent de cette idée et proposent des biscottes (Heudebert 1902), du café soluble (Nescafé 1943), du chocolat chaud (Banania 1941)

Et aujourd’hui ? 

En France, à l’hôtel,vous aurez droit à du café (avec ou sans lait) ou du chocolat chaud, servi avec du pain frais, du beurre, des confitures variées et des viennoiseries.

Deuxième partie de ce billet bientôt en ligne

Pensez à cliquer sur “J’aime”, à nous suivre sur Facebook, Twitter et Google+

et à partager l’article si vous l’avez apprécié.

Ce petit geste est gratuit pour vous et gratifiant pour nous.

petits déjeuners

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :