Partons à Roche-la-Molière découvrir le Safir : plein les yeux

Comment écrivez-vous le nom de cette pierre précieuse ? Moi, c’est SAFIR… Pourquoi ? Je vous explique tout ici, à Roche la Molière où nous allons nous immerger dans le SAFIR.

Partons au Safir à Roche-la-Molière

 

 

Comme vous le savez déjà si vous nous suivez depuis un certain temps, je ressens un fort intérêt pour les représentations murales que ce soit à Lyon, à Vitry sur Seine ou plus loin, à  Valence par exemple.  Par hasard, j’ai appris qu’allait avoir lieu dans une petite ville de la banlieue stéphanoise un festival annuel de street art. Et au vu des quelques photos dénichées sur le net,  les œuvres déjà en place méritaient, selon moi, le déplacement.Comment ? Vous ignorez où placer cette jolie localité ? Je vous dis tout !Safir festival

C’est parti pour Roche la Molière

Roche la Molière est une ville proche de St Etienne dans la Loire, nouvellement région Auvergne-Rhône Alpes, qui compte un peu moins de 10 000 habitants appelés « les rouchons ».

On peut dire que cette cité débute dans le tourisme car elle a été connue pour tout autre chose. Un de ses trésors résidait dans le sous-sol : le charbon. Un autre logeait, lui, dans le talent de ses ouvriers passementiers qui fabriquaient des mètres de rubans. Ces deux atouts ont entrainé l’arrivée massive de travailleurs immigrés, seuls candidats au métier de mineur de fond. Beaucoup de polonais ont ainsi quitté leur terre natale pour venir mourir de silicose en France comme énormément de mineurs.

L’image de la ville

Comme toute cité minière, la réputation de la ville ne relevait pas d’adjectifs comme « charmant », « agréable » ou « fabuleux ». On évoquait la noirceur des bâtiments, du ciel, l’odeur du combustible qui empestait l’atmosphère et la tristesse des habitants. Rien de très flatteur en soi. L’extraction du charbon  a cessé sur la commune avec la fermeture du puits Charles en 1976. Et à part pour un dessert que j’adore, la Polonaise (léger comme tout. Si vous en avez en trop, pensez à moi !), la ville n’attirait pas les foules.

La métamorphose

Petit à petit, la ville renaît de ses cendres. Les bâtiments sont nettoyés. Même les quartiers ouvriers sont restaurés. Des événements culturels s’organisent et tous collaborent au renouveau de la cité. Pour n’en citer que quelques-uns sur le seul mois de juin, sans parler des rendez-vous ponctuels tels que les expositions temporaires et les  spectacles programmés par le pôle culturel Optis :

  • Les 24 h de course à pied et les 12h de course à pied
  • Les Médiévales (3eme édition)
  • Rencontre Lire à roche
  • Festi’roche (12eme édition du festival de culture du monde)
  • La fête de la Musique
  • Vogue 2017 (fête foraine annuelle)
  • Et le SAFIR, raison de notre présence ici mais qui a lieu traditionnellement en mai.

 

SAFIR késaco ?

Près du commissariat de police

La 3e édition du Safir ou Street Art Festival in Roche-la-Molière se déroule chaque année durant la première quinzaine du mois de mai. Trois jours durant, graffeurs et artistes expriment leur art en direct sur les murs de la commune, privilégiant contact et rencontre avec le grand public.

Trouvez le secret du renard

Ce festival est ancré sur les murs du centre-ville, mais cette année, d’autres quartiers se sont transformés en musée à ciel ouvert. Aux neuf fresques déjà existantes réalisées, se sont ajoutées douze nouvelles créations d’artistes de renom : Benjamin Nosbé, Claire Astheber, Dan23, El Pez, Fernando Davila, Goddog, JM Robert, KGM Shepa, Nikodem NKDM, Ogreoner, PEC, et le rouchon Viza.

Des œuvres sur support ont été également réalisées. Bien que certaines soient magnifiques comme en témoignent la photo suivante, ma préférence va aux fresques en plein air, véritable définition du Street Art selon moi.

Si vous cherchez à m’offrir un très beau cadeau

Et alors ?

Alors, c’est un régal pour les yeux et l’âme de voir ces artistes accomplir sous nos yeux leur œuvre. Elles prennent vie petit à petit et on prend conscience du talent nécessaire pour obtenir un résultat optimal. Interrogés, certains reconnaissent avoir un schéma préétabli en tête tout en sachant que les détails plus ou moins importants peuvent se modifier selon l’humeur et l’inspiration du moment. Tous acceptent volontiers de discuter avec les passants, de répondre aux questions avec le sourire, et d’entendre les éventuelles critiques. Ils passent des heures à travailler car leur toile est gigantesque : des murs d’immeubles.

Le street art est un art exigeant : pas de gomme disponible pour corriger une erreur de trait ou de couleur. Le résultat est à la hauteur du travail engagé. Et quel bonheur que de voir affiché : esthétique, humour, sensibilité, poésie… au sein même du lieu de vie quand tout se normalise où se heurte sous l’étouffoir des sur-réglementations.

 

Le Safir justifie-t-il le déplacement ?

Ce festival est encore jeune et je pense qu’il va se bonifier d’année en année. Si vous êtes dans la région dans cette période, allez-y. Sinon, profitez d’un déplacement dans la région stéphanoise pour faire le détour. Une des caractéristiques du Street Art est qu’il n’y a ni jour ni heure de fermeture. Et comme par hasard, je vais très bientôt vous proposer des suggestions de balade dans cette région.

Artistes au travail

Une fois à Roche La Molière, profitez-en pour visiter le château du XII siècle, dont les pièces ont été restaurées et meublées. Vous y trouverez également la Chapelle, le Salon Kabyle, La Cuisine Ancienne, les Fours, la Mine et même un Appartement de Mineur. A ne pas rater !

Attention : les visites sont guidées et uniquement proposées les samedis et dimanches. Le coût en est minime : 2.50 euros par personne ;

 

C’est bien la Culture mais que mange-t-on ?

Lors de mon séjour rouchon, j’ai découvert une perle noire comme le charbon, une pépite que je meurs d’envie de partager avec vous. Son nom ? Les Gueules Noires !

Ce restaurant vous propose en hors d’œuvre son ambiance et sa décoration. Ici, le monde de la mine est roi et le nom du restaurant est en l’honneur de ces travailleurs de fond. Son menu en papier journal est un régal. J’ai gentiment demandé au patron si je pouvais en prendre un, ce qu’il a accepté et que je conserve tel un trésor. Bientôt, je vous délivrerai un billet axé sur le parler stéphanois. Accrochez-vous.

Quant aux plats… spécialités locales obligent, râpées, pâté chaud ou salade appelouse vous attendent. C’est un régal ! Comment, vous ne connaissez pas ces plats ? Mais qu’attendez-vous pour débarquer ici au 1 boulevard Pierre et Marie Curie à Roche La Molière ?

Ah, les prix ? Ils sont très raisonnables ; les menus s’échelonnent entre 13.50 et 23.50 euros. Mon seul regret ? Que ce restaurant soit si loin de chez moi, j’en aurais volontiers fait ma cantine.

Petit mot de Senior : Ma Dame a ses cantines de par le monde ! Celle­-ci n’a pas l’embarras des manières mais à mon avis dame aisément le pion à d’autres revendiquées gastronomiques.
Dernier conseil : réservez ! Ce restaurant doit sa réputation au bouche à oreille et les tables se remplissent à vitesse éclair.
Enfin, quand vous y serez, pensez à moi pendant que vous savourerez un pâté chaud : le mien est meilleur (non, ce n’est pas vrai mais bon pour l’égo).

Et bientôt

La semaine prochaine, nous restons dans la région stéphanoise et nous vous inviterons à découvrir St Etienne côté Culture ou plutôt architecture…

Alors, connaissiez-vous ce festival et cette ville ? Y avez-vous déjà traîné vos galoches ? Et comme moi, pensez-vous que les pépites sont tout autour de nous pourvu que l’on ouvre les yeux ?

Celui que je rêve de voir terminé

 

 

 

mots clés ayant permis aux internautes de trouver cet article:

  • chanson de voyage en francais

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :