Règles de savoir-vivre à table en Chine : évitez les impairs

repas en Chine

Dans cet article, je vous explique quelles sont les règles de savoir-vivre à table en Chine. Vous saurez comment il convient d’agir, que vous soyez au restaurant en Chine ou chez des hôtes chinois.

savoir-vivre à table en Chine 

Manger ?

Vous le savez, les gestes n’ont pas la même signification que l’on soit de culture française ou chinoise par exemple. Je déteste froisser mes hôtes, même de manière involontaire. Je suppose qu’il en est de même pour vous.

La Chine partage avec la France un sentiment fort concernant la nourriture et à ce qui s’y réfère. En Chine, l’alimentation est une philosophie : même les morts reçoivent des aliments destinés à rendre plus serein leur voyage vers l’au-delà. Autre exemple, lors d’un banquet d’anniversaire, les participants mangeront des nouilles, ce qui est une façon de souhaiter à la personne célébrée une longévité éternelle.

Manger est une aussi une manière d’équilibrer les énergies, le Yin et le Yang. Par exemple s’il fait chaud dehors, vous allez privilégier les aliments Yin, froids et légers. S’il fait chaud, je vous conseille de vous jeter sur les aliments Yang, viandes, produits épicés, nécessitant une longue cuisson. L’équivalent pour nous des tartiflettes de l’hiver ?  

Horaires de repas et composition 

Avant la table en ChineLes Chinois se lèvent très tôt, aux alentours de 6 h du matin en ville et encore plus tôt à la campagne. Difficile pour une personne comme moi dont le cerveau n’émerge pas avant 9 h du matin les bons jours ! Le petit déjeuner vous permettra de tenir sans mal jusqu’à 11h, midi, horaire du repas suivant (voire, plus longtemps encore).

Vers 11h30, midi, Ils avalent un snack qu’ils achètent dans la rue, à une des échoppes qui pullulent, chacune avec ses spécialités.

Le soir, vers 17h30-18h, c’est le dernier repas de la journée.

Le repas n’est pas, comme j’espère qu’il le restera en France, un lieu d’échanges et de discussions. En Chine, on est à table pour se nourrir. C’est tout. D’ailleurs, dès que le repas est terminé, tout le monde se lève de table. Certes, me direz-vous mais…

Composition du premier repas 

Petit déjeuner en ChineCafé, croissants et l’édition du journal local ?

Presque : soupe de riz, galettes, petits pains farcis cuits à la vapeur, nouilles voire même des restes du repas de la veille. Ces petits déjeuners très complets peuvent vous être servis dans les hôtels des zones assez peu touristiques. De quoi se dépayser dès le réveil. Moi, avec un tel petit dèj, je tiens jusqu’au soir, voire jusqu’au lendemain matin.

Vous êtes invités à dîner chez des amis chinois en Chine 

Quelle chance ! Vous devez être ravi. Vous craignez de commettre un impair ? Rassurez-vous. Madame Seniors en Vadrouille est là pour vous guider :

Vous êtes bien élevés et vous avez apporté un présent cadeau chinois

  • Offrez-le avec les deux mains, les pouces sur le dessus.
  • Bien sûr, il est enveloppé de rouge (chance), ou de rose ou jaune (prospérité et abondance). Vous avez évité le blanc, le gris et le noir. Bien !
  • Vous n’offrez pas de montres ni d’horloges, même si vous êtes Suisses ? Pas même une jolie Breitling ? Parfait. Vous savez que pour les Chinois, elles indiquent l’avancée de l’heure de leur mort.
  • Vous avez fait une croix sur les bouquets de fleurs coupées, elles aussi symboles de funérailles.
  • Idem pour le joli coffret de couteaux Laguiole, vécu en Chine comme symbole de lutte, de division, donc très mauvais présage pour l’amitié.
  • Vous pensiez vous rabattre sur un joli chapeau vert ? Oubliez, à moins que vous cherchiez à avertir vos hôtes que l’un des deux est infidèle. Oubliez la couleur verte pour les cadeaux. Elle est rarement bien perçue.
  • Et sachez que comme dans beaucoup de pays d’Asie, votre cadeau ne sera pas ouvert devant vous. Il est malséant de montrer son désir de biens matériels. Pensez-y si vous en recevez un. Par contre, remerciez moult et moult fois celui qui vous l’offre en inclinant légèrement la tête.

 

Retournons à table

L’hôte commence à se servir puis sert les personnes autour de la table. Les chinois se lèvent très souvent  pour porter des toasts « gambei ». Et il faut boire le verre cul sec. Notez que j’ai bien dit « très souvent ».

Donc, attention, si vous en avez assez, mettez votre doigt sur le verre pour montrer que vous ne voulez plus boire. Connaissez vos limites. manger du rizUn peu comme en France, il faut se forcer à manger de tout, même si vous ignorez ce que vous avez dans votre assiette.

Contrairement à ce que vous a seriné Tante Aglaé, ne terminez pas votre assiette à tout prix. Sinon, vous indiquez que vous n’avez pas assez mangé et vous serez resservi. Par contre, si vous ne terminez pas, c’est une offense, cela veut dire que la nourriture n’est pas bonne.

Alors,  que faire  ?

Mangez de tout puis, quand vous avez montré aux personnes vous invitant combien vous avez bien mangé, dites que vous avez beaucoup trop mangé, que tout était délicieux. Saluez les plats en disant combien ils étaient délicieux ( ren rao) puis ajoutez « tche bao le » (j’ai trop mangé).

Lors d’un repas en Chine, n’utilisez jamais vos baguettes pour pousser ou piquer votre nourriture ou pour amener un plat plus près de vous. Le tout est considéré comme impoli. Ne croisez pas non plus vos baguettes sur les bords de votre bol, ce qui signifie dans certaines régions que vous avez terminé votre plat. Vous vous en doutez sans doute : ne pointez jamais rien avec vos baguettes, surtout pas les gens.

Et le plus important selon moi, ne plantez jamais vos baguettes dans votre riz et ne partagez pas votre nourriture avec vos voisins en utilisant les baguettes. Ces actions singent les rituels de funérailles japonais. Je sais, vous êtes en Chine. Mais les superstitions n’ont pas de frontière. savoir-vivreEn fin de repas, sera servie la soupe. Afin de la rafraîchir un peu et de mieux laisser la saveur se diffuser dans la bouche, la soupe est mangée en l’aspirant à partir de la cuiller. Cette méthode produit bien sûr ce « slurp », tabou à l’Ouest.

Pour manger le riz, le dîneur élève le bol vers ses lèvres et pousse les grains vers sa bouche avec les baguettes. C’est la manière la plus facile de le manger et c’est aussi un signe de satisfaction – le fait de manger à partir d’un bol qu’on laisserait sur la table suggère que l’on n’apprécie pas vraiment la nourriture. Chaque convive doit manger tout son riz. En laisser un grain est considéré comme une impolitesse, un manque de respect envers le travail requis pour le produire.

Après le repas, n’aidez pas la maitresse de maison à débarrasser. Vous sous entendriez qu’elle est incapable de le faire seule. Ne vous attardez pas après le repas, prétextez un rendez-vous ou quelque chose à faire. Vous soulagerez votre hôte. Avant de partir, confondez-vous en remerciements.

Trop vaut mieux que pas assez.

 

ATTENTION

Dans les repas d’affaires ou si vous êtes invités au restaurant, le plat de riz arrivera en fin de repas. S’en servir signifiera que vous n’avez pas assez mangé et donc, vous risquez d’offenser votre hôte. Il doit repartir intact en cuisine. Après le plat de riz, arriveront les desserts, parfois surprenants pour un palais occidental.

 Si vous avez aimé cet article, likez-le, partagez-le et lisez-en d’autres.

 

Et vous, quel comportement à table adoptez-vous à l’étranger ? Laissez vos commentaires en bas de cette page.

 Bon appétit, bon voyage et bonne route !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

* * Cette case à cocher est obligatoire

*

J'accepte