Marre du froid ? Partez en croisière aux Iles Grenadines

croisière de rêve

Les Grenadines, vous connaissez ? 

Fuyez l’hiver :

 

Le froid, la grisaille vous assaillent. Vous pleurez en regardant les photos de vos dernières vacances en Crête, en juillet dernier : ce ciel si bleu, cette eau si belle, si transparente !

Vous en perdez vos mots et vos pensées tentent de s’échapper au soleil avant d’être clouées au sol par cette horrible réalité : vous vivez en France, dans l’hémisphère nord et l’été ne reviendra pas vous rendre visite avant de longs mois.

La solution ? Trichez!

Faîtes une pause et chassez vos idées noires  : Optez pour une croisière aux Iles Grenadines.

Pour que vous compreniez mieux pourquoi nous vous conseillons ces vacances, voici quelques extraits de notre journal de bord d’un joli mois de Janvier

En vert, les propos de Monsieur

En bleu, les propos de Madame

Jour 1 :

Installation dans notre catamaran prévu pour 4 couples. Il sera notre hébergement pendant les quinze jours à venir. Heureusement que nous sommes venus avec un tout petit sac : rangement proche de zéro. Mais douche privée. Notre préférence va aux « petits » catamarans, où les quatre cabines doubles limitent le nombre de passagers à 8, ceci qui, avec  la demande de participation à la préparation des repas, favorise la cohésion du groupe et la bonne humeur.

Ti-punch d’accueil excellent et dodo serein pendant que le bateau, avec l’aide du capitaine, va tracer sa route direction Bequia. Légère houle pour nous bercer. 

Un skipper seul assure la navigation. Pour les passionnés de voile, l’accompagnement à la manœuvre est bienvenue, pour les nuits de veilles, idem. Ne vous en privez surtout pas.

Jour 2 :

Nuit bercée par le bruit du moteur, les vagues contre la coque du bateau. La beauté du paysage relègue le très léger mal de mer loin derrière : la mer, les îles, les maisons au loin, les nuages… Mes neurones sont au repos comme jamais

“Que c’est beau” soupire Monsieur Senior en Vadrouille, le regard posé sur l’horizon.

Jour 3 :

Balade sur l’île Moustique, île aux milliardaires et aux gardes armés. Bar de plage où vous croisez des têtes connues (reconnues, c’est plus dur pour moi). Et les appareils photos ne sont pas très appréciés dans ce bar. Et baignade dans cette mer translucide.

Jour 4 :

Paysages de rêves, impossible de se lasser. J’aime tout, les paysages, la couleur de l’eau, les poissons qui filent à notre approche. Je murmure “c’est comme un rêve”. Monsieur répond  : “c’est un rêve et tu es dedans”

La nature apparaît progressivement au fur et à mesure que s’infiltre le lâcher-prise, le déconditionnement. Nature à la fois idyllique et affirmée.

Sensation élationnelle dans la cabine privative du catamaran, de nuit comme de jour ; emmené hors le temps, et bienveillance par le cadre marin omniprésent dans le troc de nos routines terriennes vers des gestes plus essentiels, simples en intimité avec soi.

Jour 5 :

Langouste, barracuda, péché à la traîne lors de la petite traversée, reggae et danse. Que demande le peuple ? Nous dormons dans des rades, quittons parfois le bateau le temps d’une balade aux marchés locaux… Robinsons de luxe.

 

Jour 6 à 9

Pause à Union. c’est si fabuleux que je ne sors pas de ma béatitude, même avec le mal de terre.  Si, il existe. J’en suis la preuve. Balade à pied, en bus, en bateau… Qu’importe, tout est un régal pour les sens, même les toilettes locales.

Harmonie bonne enfant de la présence et des nécessités humaines avec  la Nature qui a su se garder sauve et garder ainsi sa domination sur les hameaux secondaires. Escapade au sein d’un archipel miniature avec pique nique puis découverte des rivages toujours surprenants, vue sur les autres îlets et partie haute plus inaccessible conservant ses secrets.

Jour 10

La voilà, la Journée spécial Robinson de luxe sur un atoll désert avec tortues marines et raies frôlant le rivage. 

Atoll privé le temps du débarquement du petit équipage. Singulière impression ilienne, largement renforcée par la simplicité toute naturelle du lieu sauvage où les oiseaux semblent tout autant surpris que nous de notre présence, auxquelles s’ajoutent les évidentes projections romanesques des tropiques… et de Jack Sparrow !

Jour 11 :

“Les Caraïbes mettent en évidence la part irréductible du réel qui n’est pas dans le rêve” philosophe Monsieur Seniors en Vadrouille. 

 Et inversement, dirais-je (J’ai paumé mon cerveau je ne sais où).

JOUR 12 : 

Retrouvailles avec notre ami le catamaran, un nouveau capitaine et la navigation en pleine mer. La houle en profite pour se démener. Par chance ou par habitude, je dors. Plus le catamaran décolle, plus je plonge dans le sommeil.

Jour 13 à 15 :

Sainte Lucie et Marigot Bay et les paquebots de croisière grands comme des immeubles de 20 étages. Que nous sommes bien sur notre petit bateau !

J’aurait dit “massifs comme”. Il n’y a guère qu’une quinzaine de  ponts hors eau sur les paquebots. Séjour, balade, repas face à la mer et toujours l’incroyable beauté de ces paysages, Soufrière, pentes vertigineuses, cascades… 

Et vive les ti-punchs ! (avec ou sans modération, à vous de voir).

 

Jour 16 :

Martinique, nous revoilà ! Dernière balade, dernière baignade, retour en métropole… Et il nous suffira de replonger dans notre mémoire ou dans nos nombreuses photos pour nous dire que, Les Grenadines, nous y reviendrons.

 

Conclusion :

Vous êtes encore ici ? Mais pourquoi ? Foncez, on vous y attend !

mots clés ayant permis aux internautes de trouver cet article:

  • croisiere iles grenadines

5 comments

  • martine BRUGIERE

    Superbe et heureuse de trouver votre blog qui ressemble à mon état d esprit et à ma façon de voyager
    Moi aussi dimanche départ pour la même croisière en bateau à voile quel bonheur d être retraitée
    Faites de beaux voyages

    Répondre
  • jose

    bonjour le voyage semble top est-ce que vous pourriez nous dire par quel site vous étes passes pour avoir ce tarif j ai cherché mais jamais trouvé a ce tarif merci

    Marie et josé

    Répondre

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :