Voyage-t-on de la même manière à 40 ans qu’à 20 ? Et vous ?

Reykjavik

 

Notre blog a vu le jour suite à mon agacement de ne pas me reconnaître dans les préoccupations des blogs de voyages. Quand la majorité des blogueurs avoisine la petite trentaine pour les  plus âgés, comment réussir à me sentir concernée par leur vision des voyageurs de +40 ans ?

Voyageurs de plus de 40 ans, unissez-vous !

 

Je plaisante bien sûr. (Quoique…). Bien que je voyage depuis quelques décennies, je ne suis plus la même personne qu’à 20, 30 ou 40 ans. Ni physiquement, ni émotionnellement. Nous évoluons avec la vie, avec nos rencontres, nos décisions,  les événements vécus, provoqués et subis. Et le secteur du voyage n’échappe pas à cette règle. Ne dit-on pas que les voyages forment la jeunesse ? Et bien pour moi c’est le cas, je dirais même avec profit.

+ 40 ans

Et les autres voyageurs ayant dépassé de peu ou plus la quarantaine ? Comment ont-ils évolué et comment appréhendent-ils leurs voyages ? N’existe-t-il d’ailleurs qu’une seule façon d’évoluer?

 

Mon évolution

J’ai allègrement dépassé les 50 printemps presque sans m’en apercevoir.  Enfant, alors que mes amies se rêvaient princesses, moi je me croyais gitane. Bien que les voyages fassent partie intégrante de ma vie, ma façon de les concevoir et de les vivre s’est modifiée.  Du départ en stop avec en poche quelques Francs et ma pièce d’identité, sans même une tenue de rechange, j’en suis arrivée à des road-trips incluant location de voiture et hébergement en dur. Autrefois uniquement axée sur les rencontres humaines et les pratiques et  coutumes locales,  j’ai inclus la culture avec musées et monuments dans mon quotidien de voyageuse. Et mes bagages comportent une pièce importante, à ne jamais oublier, inconnue de ma vingtaine : une trousse à pharmacie bien garnie !

Sont restés intacts ma soif de découverte, mon besoin de comprendre et mon absence de jugement et de généralisation (clin d’œil à Senior !).

 

Je laisse maintenant la parole à 8 talentueux blogueurs qui se sont prêtés à l’exercice avec talent.

Olivia de La fille de l’encre

Je voyage depuis que je suis jeune. J’ai eu de la chance, mes parents ont toujours souhaité que je les accompagne à droite et à gauche. Les voyages en famille étaient tous très cadrés, ma maman n’étant pas une grande aventurière : nous partions souvent en hôtel-club avec l’agence Fram.
C’est comme ça que j’ai découvert la Tunisie, le Maroc, les Baléares, les Canaries…
Grande surprise pour le Sénégal où nous sommes encore partis avec Fram mais cette fois-ci dans un logement loin de tout, à 1 km du premier village, sans eau et électricité dans la journée. Le choc pour ma maman, la révélation pour moi !
J’ai adoré l’Afrique noire et cette proximité avec les habitants sur place et je ne rêve que d’une chose : y retourner !

Depuis, je voyage toujours mais jamais très loin, l’Europe est mon terrain de jeu actuel même si je rêve de destinations plus lointaines. Le budget et le temps manquent souvent, surtout lorsque l’on voyage en famille.

Entre 20 et 35 ans, j’ai eu une période où je me transformais en voyageuse survoltée et certainement très pénible 🙂
Dès le moment où je posais le pied dans une nouvelle ville, un nouveau pays, je voulais tout voir !! Que ce soit en France ou à l’étranger. Il fallait que mes journées soient ultra-chargées et qu’aucun monument, qu’aucune place, qu’aucune ruelle ne m’échappe, consciente que peut-être, cette fois-là était la dernière. L’idée de passer à côté des lieux emblématiques était une véritable frustration.

Depuis que je voyage en famille et que j’ai dépassé la quarantaine, j’ai appris à me détendre ! J’ai pris conscience que je ne verrais pas tout ce que je veux voir du monde avant de passer l’arme à gauche et je le gère plutôt pas mal. J’essaie avant tout de profiter de l’instant présent et surtout de ne pas stresser mon entourage qui apprécie cette nouvelle maturité. Avant, je connaissais les guides de voyage par cœur des semaines avant le départ ; je voulais que tout soit cadré, organisé, ça ma rassurait. Aujourd’hui, il m’arrive bien souvent d’arriver sur place sans avoir ouvert un seul guide de voyage et tout va bien.  

J’ai appris à lâcher-prise et le voyage est tout aussi agréable, sans ce côté stakhanoviste de la découverte qui pesait mes proches et me privait de cette liberté qu’on ne vit qu’en oubliant contraintes et quotidien.

Mon blog : http://www.lafilledelencre.fr/

Sylvie de Le coin des Voyageurs                           

Dans ma famille, on ne voyageait pas beaucoup à l’étranger. On passait quelquefois une frontière lorsqu’elle était limitrophe de nos destinations de vacances, mais ça n’allait guerre plus loin que l’Espagne, l’Andorre, la Suisse ou l’Italie. C’est par le biais de la lecture et de la télévision (certains se souviennent peut-être de “La chasse au trésor” avec Philippe de Dieuleveult) que j’ai nourri mon envie de voyager.

Etudiante, je travaillais le week-end et les vacances et consacrais la majeure partie de mes faibles revenus à me payer des voyages. Mon livre de chevet, c’était le catalogue Nouvelles Frontières. Internet était encore loin…

Puis mariée, avec des enfants, nous avons continué à partir. Nous avons découvert les échanges de maison, et nous avons adoré ce concept pour des raisons économiques au départ mais surtout pour les rencontres, et l’impression de mieux comprendre les cultures des pays hôtes. En 2010, nous avons fait un grand break et sommes partis en famille pour un tour du monde. Une expérience marquante ! Nos enfants sont également touchés par le virus du voyage.

Maintenant que nos enfants sont grands et (presque) autonomes, je retrouve de la liberté pour de nouveau voyager comme à 20 ans entre amis, en couple ou même seule avec moins de contraintes et en saisissant des opportunités (pas besoin de partir pendant les vacances scolaires par exemple). Je redécouvre aussi la France car j’ai moins besoin d’aller au bout du monde pour assouvir ma curiosité et moins de choses à prouver.

La prochaine étape sera quand je ne travaillerai plus… Dans bien longtemps :-)!

Mon blog : http://www.lecoindesvoyageurs.fr/

 

Mélissa de mellovestravel 

 

Il faut bien l’avouer, à 43 je ne suis pas un exemple « typique » de la grande voyageuse. J’ai commencé sur le tard, il y a 10 ans, à m’adonner à ma passion. Je n’ai pas connu l’étape du « voyage initiatique » fait souvent après les études, sac sur le dos et budget rikiki. Non, j’ai commencé à me sentir pousser des ailes en décrochant mon premier CDI. Pas d’auberge de jeunesse (j’ai toujours détesté les dortoirs), mais des petits hôtels et je ne crache pas sur un restaurant le soir. Mes goûts étaient déjà bien formés et ont finalement peu évolués.

A 40 ans, je me suis enfin décidée à partir autour du monde et c’est là que j’ai senti le véritable changement. Je ne pense pas que ce soit dû à l’âge, mais plus à l’expérience acquise au fur et à mesure de confrontations aux mêmes situations. Ce changement, c’est ma réaction aux imprévus négatifs. Par exemple : les blessures, la perte de ses cartes bancaires, la perte d’un portefeuille, un vol, etc. J’ai commencé cette grande aventure en mode panique (cartes de banque introuvables à peine arrivée à Rio, ma première étape) et l’ai terminé en mode sinon zen, du moins plus sereine face aux événements : je savais comment réagir, comment me comporter, savoir que j’avais la capacité de me débrouiller mais surtout, que même en voyageant seule, je n’étais forcément isolée dans ma galère. Et je prends plus le voyage comme il vient, beaucoup plus qu’il y a quelques années.

Mon blog : melovestravel.com

Eve de Nos racines sur 4 continents

Le 14 juillet dernier, je fêtais mes 40 ans. Évidemment, je ne voyage pas de la même façon aujourd’hui que je le faisais à 10, 20 ou 30 ans. Après avoir voyagé avec mes propres parents dès l’âge de 3 ans, l’avoir fait en solo et en couple, je parcours aujourd’hui le monde en famille (du moins, la plupart du temps!). Évidemment, voyager avec trois enfants nécessite un peu plus de préparation et change parfois la façon d’aborder une nouvelle destination.

Pour être honnête, ce ne sont pas mes enfants qui ont changé ma façon de voyager. Si je voyage différemment aujourd’hui, c’est surtout parce que j’ai des envies différentes de celles qui m’habitaient à 20 ans. Regarder mes enfants grandir au quotidien me fait prendre conscience du temps qui passe et de la nécessité de savourer chaque minute de cette vie, à la fois douce et folle. Cette soif de vivre et cette envie de prendre le temps m’habitent en permanence, dans mon quotidien comme en voyage…

Aujourd’hui, je refuse de m’enfermer dans une seule et unique façon de voyager. À mes yeux, vadrouiller aux quatre coins du monde n’est pas une expérience réservée aux jeunes aventuriers, sans emploi ni enfant, ou encore aux retraités. Je suis ouverte à vivre différentes expériences et j’alterne des voyages avec et sans mes enfants, dans le luxe et à petits budgets, le slow travel et les « city trip »… Bref, avec le temps, je suis plus souple et je me sens plus libre dans ma façon d’aborder les voyages.

Mon blog : www.nosracinesur4continents.com

 

Laurent One Chai

 

J’ai aujourd’hui 44 ans et ai commencé à voyager sérieusement, si je puis dire, il y a 20 ans déjà. Qu’est-ce qui a changé depuis ? Pas grand-chose pour être honnête. Mon sac à dos n’est plus de la même couleur et quelques-uns de mes cheveux ont décidé de voyager de leurs propres ailes, laissant mon crâne un peu plus solitaire. Pour le reste, me sentant à tout jamais tel un usurpateur dans les hôtels de standing, je dors toujours aussi régulièrement dans des auberges un brin miteuses ou des dortoirs d’auberges de jeunesse, achète le plus souvent des places de 3e classe dans les trains et évite toujours autant l’avion, préférant m’endurcir un peu plus le derrière dans les bus.

Certaines habitudes ont tout de même évolué. Je n’ai jamais été un pro de l’avant-voyage, de la préparation, et c’est encore moins le cas aujourd’hui. Je n’ai plus besoin de me rassurer à l’avance en établissant un pseudo programme. Le vent s’en charge bien mieux que moi. Et une fois parti, j’ai quelque peu ralenti le rythme. Je n’ai jamais été un chantre des visites marathon, mais au fil des ans, la lenteur me sied de mieux en mieux. Devoir visiter des sites touristiques ne compte plus non plus parmi les priorités. Être là, assis quelque part à boire un chaï avec un habitant du cru me suffit amplement maintenant.

Ah si, une chose a changé. Année après année, le nombre de jeunes Français impertinents croisés en chemin qui ont le toupet de vouloir me vouvoyer tend à augmenter !

Mon blog : https://onechai.fr/

Sophie de Escapades Amoureuses :

Depuis ma plus tendre enfance, j’ai aimé voyager. Mes parents avaient cela dans le sang comme l’on dit (partir en voyage de noces en tandem en Autriche fut leur premier voyage). Lorsque j’ai eu des enfants, j’ai essayé de leur passer le virus. Je crois que j’ai assez bien réussi malgré le fait que partir à 4 en famille coûte cher et nous avions nos limites financières.

Depuis que les enfants sont devenus adultes (ou adulescents) et que nous avons vieilli, la liberté et des revenus plus conséquents nous permettent de partir plus souvent. Les modes de voyage ont aussi changé : fini le camping ou les villages vacances (ah le bonheur des clubs enfants!). A nous les hôtels, les chambres d’hôtes ou bien les hébergements en Airbnb depuis que le site existe.

Maintenant, nos choix de destinations se définissent en quelques mots essentiels :

  • Découvertes
  • Bien-être
  • Gastronomie
  • Tranquillité

 

Nous fuyons les zones de tourisme de masse et privilégions la qualité de vie, la qualité du relationnel. Toujours à la recherche d’hébergements insolites, nous les désirons très confortables. Nous préférons rester plus longtemps à un endroit pour nous en imprégner et en profiter pleinement. Finis pour nous les sauts de puces d’un lieu à un autre. Peut-on appeler cela le slow travel ? Je ne sais pas, mais cette façon de voyager est devenue la nôtre.

Notre façon de préparer un voyage s’est elle aussi modifiée. Nous ne passons presque plus par les grands sites de réservation, préférant privilégier le contact direct avec l’hôtelier ou l’hébergeur. J’apprécie aussi beaucoup prendre appui directement avec les offices de tourisme et bien entendu, je passe obligatoirement par une consultation des blogs voyage pour avoir des avis objectifs et des expériences vécues.

Mon blog voyage : https://escapadesamoureuses.com/

Mon IG : https://www.instagram.com/tribulationsetescapades/

Laurent H de Asiatrek

Mes premiers souvenirs de voyage datent de 1976 à Guernesey. Jusqu’en 1987, j’ai voyagé avec mes parents : Thaïlande, Sri Lanka, Yougoslavie, Guadeloupe Turquie, Tunisie, Espagne… Circuits en autocars ou location d’auto sur place pour la plupart.
Jeune père de famille à 19 ans, la voiture était pratique pour aller en Europe avec ma fille. De temps en temps, je prenais un séjour vol et demi-pension dans des destinations touristiques : Turquie, Tunisie ou en all inclusive en République Dominicaine. C’était simple. J’y allais au gré des promotions que mon agence de voyage me proposait. En 2000, je comparais déjà les prix avec Internet et la différence n’était pas flagrante par rapport aux sites spécialisés.

Une première bascule date de 2002 lorsque j’ai redécouvert le vol sec. J’ai voyagé une semaine en Israël et Palestine. Je les ai donc enchainés en mode sac à dos, pour découvrir le proche Orient : Israël, Palestine, Turquie, Jordanie, Syrie, Liban. Puis plus à l’Est à partir de 2007 : Arménie et Iran, un mois à chaque fois. L’écologie commençait à prendre une place dans ma vie et je ne me voyais pas continuer à voler ainsi. J’ai donc eu envie de voyager lentement. C’est un vrai luxe. Après m’être essayé du Mont Saint-Michel à Bilbao sur le chemin de Saint-Jacques à vélo, J’ai réussi à concrétiser en 2013 Asiatrek, ce voyage à vélo du Mont Saint-Michel au Mont Fuji. Durant 15 mois, j’ai parcouru 21000 km d’un bout à l’autre.

De nouveau papa, j’essaye de voyager de manière plus écologique, avec un petit voilier que j’ai nommé aussi Asiatrek. J’ai parcouru plusieurs milliers de milles en autonomie avec mes proches.

Mon blog : www.asiatrek.eu

Sandrine de La Plume d’Isandre

 

Je trouve difficile d’expliquer brièvement tout ce qui a pu évoluer dans ma manière d’appréhender les voyages en plus de 40 ans, tant il y a de différences. De plus, je pense que c’est quelque chose qui change perpétuellement, et qu’à n’importe quel âge, on effectue plusieurs types de voyages, pour des destinations plus ou moins lointaines. Il est certain que le confort physique tient dorénavant une place bien plus grande, une nécessité renforcée pour moi par des problèmes de santé : il est clair que je ne vais pas partir camper ou traverser l’Europe en bus comme quand j’avais 20 ans…et que la qualité du lit dans lequel je vais me reposer est devenu un critère de l’organisation.
Une autre grande différence est que je n’appréhende plus les voyages comme « je dois aller voir tel endroit puis un autre et encore un autre.. ». J’ai appris que lorsque l’on aime beaucoup un endroit, on a envie d’y retourner. En revanche, je reste toujours aussi émerveillée de voyager, de découvrir des endroits différents, d’autres cultures. Au cours des années, je suis aussi passée du voyage avec mes parents, à celui avec les copains, puis en couple, puis avec de jeunes enfants. J’en suis au voyage avec des adolescents et jeunes adultes, et la différence c’est que ce n’est plus moi qui les aide et veille sur eux, mais bien souvent le contraire.

Actuellement, la différence est aussi que, lorsque j’étais plus jeune, les voyages étaient pour moi une expérience personnelle, privée, que je ne partageais qu’avec des proche. Aujourd’hui, c’est devenu un récit que je peux partager sur les réseaux sociaux et notamment sur mon blog.

Mon blog: www.isandreblog.com

Ma conclusion provisoire

Alors, qu’avez-vous pensé de ces témoignages ? De qui vous sentez-vous le plus proche ? Comment ont évolué vos voyages depuis vos 20 ans ? Si vous n’avez pas encore atteint l’âge canonique de 40 ans, comment les imaginez-vous dans le futur ? Si vous ne voyagez pa ou peu parce que vous vous croyez trop âgé, pensez à Bernard Olivier ou à Alexandra David Néel.

Je remercie encore ces 8 blogueurs très talentueux et très agréables qui ont accepté de partager leurs expériences avec nous. N’hésitez pas à découvrir leurs blogs si ce n’est pas encore fait. Cliquez sur leur nom pour y accéder directement.

Pensez à commenter et à partager. Je répondrai à chacun d’entre vous.

mots clés ayant permis aux internautes de trouver cet article:

  • portugal sites incontournables

18 comments

  • Oh, j’ai adoré cet article trouvé par hasard en vadrouillant de blog en blog 😀 La touche d’humour de chacun, la façon de voir la vie et le voyage, c’est si touchant ! 🙂

    Cette passion pour moi a débuté en Thailande début 2016, un road trip payé grâce à mon premier emploi après les études. J’ai 29 ans et je peux vous dire qu’à chaque découverte, je me sens évoluer, à voir les choses différemment. Je sais qu’aujourd’hui, grâce à cette passion, mon amour pour la nature et notre belle planète grandit d’expérience en expérience et je tends à aller vers des voyages plus responsables. Hâte de faire un point sur cette évolution dans 11 ans 😉

    Répondre
  • Un bel article, je ne ne suis théoriquement pas encore concernée et pourtant je me suis reconnue dans certains témoignages. La vie est encore longue et la Terre est vaste, profitons en !

    Répondre
  • sophie

    là je pars 1 an c’est la première fois que je pars aussi longtemps, sur le papier je fais 6 pays ça surprend mon entourrage tu vas pas là tu vas pas là non pas le temps comment ça pas le temps juste envie de découvrir paisiblement tranquillement pas la course aux cites touristiques comme on fait tous quand on a que trois semaines pour visiter un pays autre état d’esprit ça va me faire bizarre de retrouver les auberges de jeunesse comme à mes premiers voyages en europe j’avais 23 ans pour l’amérique du sud c’est plus économique ….

    Répondre
  • j’ai toujours aimé voyagé, avec le temps on voyage différemment, médicament en plus comme toi mais aussi on recherche découverte, avec balnéaire inclus pas forcément des hôtel avec beaucoup d’étoile mais ceux qui semble sympa et petit prix, he oui en retraite les moyens sont moindres qu’avant! Jamais de voyages organisés c’est bien trop barbant et on ne voit rien ni de découvrons les différentes cultures. Pas de demi pension non plus encore moins la complète, les petit resto sont toujours plus sympa et bien meilleurs, je prépare moi même les itinéraire les lieux a voir parce que c’est aussi là que commence le voyage. Vol hôtel et voiture location la plupart du temps. Et, si besoin une excursion oud eux voilà et j’espère continuer comme cela encore.longtemps. Amitiés Renée de http;//envie2.be/ (en haut du blog mes voyages)

    Répondre
    • Bonjour Renée et merci pour votre joli et intéressant témoignage.J’aime l’idée que l’évolution soit individuelle et que chacun puisse trouver la méthode qui lui convient. Vos voyages semblent bien agréables à vivre et je vous souhaite d’en faire encore longtemps, aussi longtemps que vous le souhaitez. Bonne route, Renée.

      Répondre
  • Merci, merci de ce partage très enrichissant, rafraîchissant et surtout, plein de sensibilité et d’humour de tous ces blogueurs qui ont « quarante + etc » et qui continuent à parler voyages avec autant de passion. J’ai encore 3 petites années avant de quitter le navire « 30 » et d’embarquer sur le « 40 » pour ma part.

    J’ai beaucoup aimé le partage de Mélissa (par contre, le lien vers son site ne marche pas sur mon navigateur, Chrome Safari et sur FF non plus 🙁 J’espère qu’elle n’a pas un souci d’hébergeur… ), qui rejoint le dernier billet de mon propre blog, sur le fait que plus on se retrouve confronté aux aléas du voyage, plus on fait confiance aux imprévus et lorsqu’on a une galère qui nous tombe dessus, ce n’est plus la fin du monde, comme avant ^^

    En règle générale, ceux qui ont évolué dans leur manière de voyager l’ont fait au fur et à mesure de l’écoulement des années, comme une évidence, quelque chose qui allait de soi. Sauf pour Laurent qui dit que pas grand-chose a chosé : à part certains de ses cheveux qui ont décidé de prendre le large par eux-mêmes (j’ai ri 🙂 ), il n’a pas vraiment changé d’habitude de voyage… Pour notre plus grand plaisir de lecteurs !

    Répondre
    • J’ai beaucoup aimé lire les témoignages et le tien également. En tant que “mamie du blog”, je dirai que l’évolution va lentement vers un mieux-vivre. Peut être parce que l’on se connait bien, que l’on est moins influençable et que l’on connait le prix du temps qui passe ?

      Répondre
  • stephanievoyageroadtrip

    Je n’ai pas encore atteint cet âge ô combien respectable… on en reparle dans 10 ans !!

    Répondre
  • Bonjour,

    Pour ma part je crois que la petite étincelle et les fourmis partout lorsque je découvre un nouveau lieu sont toujours là !
    Moi je suis issue d’une famille où l’on partait toujours au même endroit en vacances … et en famille .. 1ere vadrouille seule à l’étranger : en Angleterre en séjour linguistique en 1978 ! la révélation ! PUIS …. 1983 mon premier grand voyage et quel voyage … le grand sud algérien avec des amis (expérimentés eux) jusqu’à Djanet et les plateaux du Tassili N’Ajjer… j’ai coutume de dire que c’est là que la ‘fièvre” m’a prise et plus quittée !
    Je voyage depuis en duo, en couple, en famille, en solo de temps en temps… loin ou beaucoup moins loin…
    Je rejoins le témoignage du dessus : c’est tellement plus facile maintenant et tellement moins onéreux qu’il y a trente ans !
    Je vous admire tous de tenir des blogs ou des sites, ça me parait être une tâche énoooorme alors que j’adore partager et parler de mes balades autour de moi… (tout au plus j’écris de temps à autre des articles pour “tourdumonde.fr” )

    Répondre
    • Merci beaucoup pour votre commentaire. Je suis ravie d’avoir proposé cet article qui nous permet d’échanger sur ce sujet et de lire vos témoignages. Merci et continuez à prendre plaisir à voyager.

      Répondre
  • Véro

    Alors nous on fêtera bientôt nos 40 ans…. de voyage en couple. Un aspect que personne n’a abordé c’est que le voyage est beaucoup moins cher aujourd’hui qu’il ne l’était dans les années 70. Et il est donc plus accessible, plus souvent avec relativement plus de confort pour un prix équivalent. La première fois que j’ai pris l’avion ( pour aller en Egypte) le prix du ticket correspondait à 1 mois de mon salaire de l’époque ! Cet aspect économique a aussi changé la donne. Idem pour les moyens mis à notre disposition pour communiquer avec les prestataires, sans parler des autres voyageurs source d’info et des proches inquiets. On l’oublie de nos jours mais rassurer nos parents lorsque nous avions 20 ans cela voulait dire 1/2 journée à attendre une communication internationale dans certains pays. Pour le reste, je constate la même chose que Laurent, les plus jeunes ont du mal à nous tutoyer et pourtant comme dit George Brassens – le temps ne fait rien à l’affaire –

    Répondre
    • Et les appels en PCV, avec la crainte que le petit frère ne comprenne rien et raccroche au nez de l’opératrice ! El les absences de contact pendant des jours alors que nous partions en stop à l’étranger… Oui, vous avez raison, les voyages sont bien plus faciles maintenant, financièrement aussi.

      Répondre
  • Bonjour, je découvre votre blog grâce à Olivia, j’adore le concept ! Etant moi même classée dans la catégorie senior je suis totalement concernée ! Pour ce qui concerne les voyages j’avoue que je ne suis pas une grande aventureuse , si à 20 ans je faisais du camping et du stop sans problème, aujourd’hui j’aime mon confort et dans la mesure de mes moyens je privilégie les hôtels confortables. Je rêve toujours d’évasion comme une minette mais souvent le compte en banque ne suit pas hélas ! J’ai découvert récemment la Floride, mais j’aime sillonner l’Europe. Je m’astreints à des économies sur mes fringues pour financer plus de voyages ! Et je vais vite m’abonner à votre blog pour piocher de bonnes idées !

    Répondre
    • Merci à vous, c’est très gentil. Je vous rassure, je n’ai jamais été capable d’économiser que dans le but de voyager. Des trucs pour voyager moins cher, il y en a plein. Je vais bientôt écrire soit des articles, soit un ebook (gratuit !) pour mes lecteurs sur ce sujet. Au boulot !

      Répondre

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :