Hobart et ses alentours : version urbaine selon la Tasmanie

Nous vous avons laissé aux portes de Hobart, la plus grande ville de la péninsule tasmane. Située au sud, elle s’entoure de merveilles naturelles à découvrir.

Tasmanie Version Urbaine… ou presque

A tout seigneur tout honneur, commençons par la capitale de la province !

Hobart :

Petite ville tranquille, au charme paisible d’une province française. Où, sous l’amabilité toujours disponible, apparaît à notre regard latin la plus grande âpreté des règles anglo-saxonnes et pointe la rusticité Tasmane.

Les incontournables

Salamanca Place :

petite place cernée par des boutiques-plaisir et des cafés, des jeux pour enfin et des sculptures posées avec élégance. Joli lieu pour flemmarder et prendre le temps de vivre.

Salamanca Market :

tout près du port se tient chaque samedi de 8.30 à 15.00 un marché qui attire touristes et locaux. Les stands y sont nombreux et variés : nourriture avec dégustation gratuite (miam), art, souvenirs, etc. Même s’il ne peut soutenir la comparaison avec celui de Melbourne, il est effectivement très bien achalandé. Nous y avons craqué pour des fudge (sucreries locales) et de la truffe tasmane pour Monsieur. Si, elle existe.

Tasman Bridge :

curiosité architecturale, ce pont est en V inversé pour permettre le passage de grands bateaux en dessous. Il a été le témoin d’un accident spectaculaire en janvier 1975.

Royal Tasmanian Botanical Gardens :

nous vous conseillons de ne pas faire l’impasse sur la visite de ce grand espace vert situé à la frontière de la ville. Il présente un jardin japonais, des plantes subantarctiques ; une horloge florale, des plantes locales, et même un jardin potager. Au centre, un centre d’information côtoie un café-restaurant pour se restaurer avec vue sur le jardin environnant. L’entrée est gratuite bien qu’une donation soit bienvenue.

Mount Wellington : 

Conseillé sur tous les guides et par tous les professionnels du tourisme, la route pour se rendre au sommet et bénéficier de la vue imprenable sur Hobart et sa région nous a paru plus impressionnante que le but atteint. Il faut dire que la hauteur « écrase » la vue et qu’il est difficile de se rendre compte de l’altitude atteinte.

Un petit creux :

Si vous avez envie d’une pause dans votre exploration, faites comme nous, dirigez-vous vers… The LowerHouse, dans le centre de Hobart. Les mets proposés salés ou sucrés sont tous à base d’excellents produits et le résultat est bluffant. Une des meilleures meringues jamais mangée, fondante et moelleuse à souhait.

Pour un chocolat chaud, Doctor Coffee saura vous étonner.

Bon à savoir : la plupart des parkings souterrains offrent les 90 premières minutes de stationnement gratuites.

 

Et autour de Hobart

Maria Island :  

le ferry coûte 50 dollars aller-retour et inclut le prix d’entrée dans le parc national. Beaucoup de balades plus ou moins longues et ardues sont disponibles. Il est même possible d’y dormir dans un confort sommaire. En été, par exemple, apporter l’eau dont vous aurez besoin pendant votre séjour est indispensable et obligatoire. Et pensez à votre nourriture car aucun magasin ou commerce n’est présent sur l’île.

Si vous y séjournez à la journée comme nous, nous vous conseillons deux balades faciles simples et agréables : les falaises peintes et les falaises fossiles. De plus, il est possible de les combiner en une boucle. Cette île est un lieu de préservation et de réintroduction d’animaux sauvages : oies, kangourous, wombats et dernièrement diables de Tasmanie en grand danger d’extinction.  Sur place, demeurent également comme dans toute l’Australie serpents venimeux et araignées. Nous y avons admiré des champs de kangourous en plein repas. Evitez de les nourrir ou de tenter de les caresser. Ce sont des animaux sauvages qui doivent le rester pour leur survie.

 

 

Tasman National Park :

Ce parc facilement accessible en voiture mérite un séjour minimum de deux nuits.

Classiques touristiques : (en photos)

Tesselated Pavement, pour ses jeux de lumières qui affolent les photographes parait-il. Mouais…

Pirate bay : baie quasi circulaire

Blowhole avec un jaillissement garanti toutes les minutes

Fossil Bay lookout

Eaglehawh neck

Tasman Arch

Devil’s Kitchen

Remarkable Cave

Quelques photos en vrac :

Deux autres activités indispensables selon nous :

Unzoo devil :

Refuge pour animaux blessés sur la route, l’esprit est bien loin des zoos. Le but est de secourir, de soigner et de relâcher les animaux amenés au refuge. Le prix des billets d’entrée contribue à leur sauvegarde, leur soin et leur nourriture. Un des pensionnaires de longue date, un podagre papou, n’a pu être rendu à son ancienne vie, son aile étant trop endommagée pour qu’il puisse voler à nouveau un jour. J’ignorai même qu’un tel oiseau existait. Il imite une branche d’arbre pour se dissimuler dans la nature. Et le clou demeure la présence de diables de Tasmanie. Discrets et timides, ils sont très difficiles à observer dans la nature.

Tasman Island Cruise :

cette balade de 3h en petit bateau rapide vous présente la cote déchiquetée d’une manière unique. En toute sécurité et confort, avec même de longues tenues de protection prêtées, on s’approche des falaises à pic, on observe oiseaux et animaux marins et on s’émerveille du spectacle de la nature. Le prix est de 135 dollars par personne et les vaut selon moi. Pour Senior qui rêvait d’aller en Tasmanie, île du bout du monde, cette sortie aux pieds des gigantesques et symboliques orgues basaltiques est un des clous de cette région. Le cap Hauy du Tasman National Park.

 

Conclusion provisoire

La semaine prochaine, nous vous entrainerons dans le grand sud, zone bien moins peuplée de la Tasmanie qui est supposée receler des trésors. Nous vous dirons tout. A lundi prochain.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

* * Cette case à cocher est obligatoire

*

J'accepte

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.